Quelle drôle de journée, ce 8 mars, han! Entre des compagnies qui nous offrent des rabais basés sur notre genre, d'autres qui veulent que les hommes qui nous entourent nous donnent des fleurs, et un paquet de gars qui se demandent pourquoi ils n’ont pas de journée des hommes, eux, disons que les maux de tête et les facepalm sont nombreux.
 
Voici donc une liste de choses que VOUS pouvez faire, peu importe le genre auquel vous vous identifiez. Mais oui, on est smaths de même, nous autres :

  • Mettre au centre des luttes féministes la présence des femmes racisées, qui vivent du racisme en plus de la misogynie ambiante.
  • Arrêter de faire des blagues sexistes parce que c’est drôle.
  • Cesser de croire que tout le monde a la même chance.
  • Arrêter de faire passer des commentaires misogynes et/ou racistes pour de l’humour ou pour la liberté d’expression.
  • Essayer de vous déconstruire.
  • Montrer aux jeunes femmes qu’elles sont aussi valides que les hommes.
  • Lire sur le féminisme, surtout ce livre (La pensée féministe noire, éd. Remue-Ménage).
  • Arrêter de demander aux femmes de sourire.
  • Cesser la violence faite aux femmes dans les transports (en voiture, dans le métro).
  • Arrêter de voir les problèmes de santé mentale comme des faiblesses.
  • Écouter ce que les femmes ont à dire.
  • Arrêter d'être violent envers les femmes sur Internet.
  • Proposer des images de femmes qui mettent en avant la diversité (pas juste par rapport au poids).
  • Arrêter de dire que les femmes qui sont plus size sont paresseuses.
  • Comprendre le libre choix des femmes quant à leur religion.
  • Si vous êtes un homme, vous fermer le clapet quand elle vous explique les difficultés de sa vie de femme.
  • Arrêter de penser qu’une femme qui divorce le fait pour profiter de l’argent de son partenaire.
  • Écouter quand vous vous faites call out et essayer de voir comment vous pouvez vous améliorer comme personne.
  • Vous rendre compte de vos privilèges.
  •  Déconstruire le fait qu’une femme a une vulve et un homme un pénis.
  •  Aménager des espaces safe pour que les femmes puissent parler des violences sexuelles.
  •  Mettre en place des endroits où les femmes itinérantes sont accueillies sans jugement.
  • Parler de consentement souvent et avec le plus de personnes possible.
  • Essayer de croire et de comprendre la douleur physique des femmes.
  • Inclure les personnes trans dans les luttes féministes.
  • Améliorer la vie des mères monoparentales en améliorant la flexibilité des emplois.
  • Arrêter de tout genrer.
  • Redéfinir ce que veut dire la féminité.
  • Arrêter de mansplainer.
  • Arrêter de genrer les enfants à leur naissance.
  • Payer le même montant à une femme qu'à un homme pour le même travail.
  • Arrêter d’être fru.e si une femme est enceinte au travail et essayer de comprendre ce que ça fait de porter un enfant dans son ventre pendant 9 mois.
  • Arrêter de penser que toutes les femmes veulent des enfants.
  • Croire les femmes en général.
  • Arrêter de penser qu’une personne racisée qui est fâchée est plus violente que les autres.
  • Exiger que les radios et les télévisions d’État emploient autant de femmes que d’homme pour les postes importants.
  • Arrêter de shamer la sexualité féminine.
  • Demander aux personnes concernées de vous parler de ce qui les préoccupe, ne pas prendre la place des autres dans leurs luttes.
  • Arrêter de dire que les femmes sexy sont moins sérieuses.
  • Faire l’effort d’inviter autant d’hommes que de femmes dans les talkshows et dans les émissions sérieuses. 
  • Mettre en place des stratégies pour que les femmes soient confortables en politique.
  • Briser le plafond de verre en engageant des femmes pour les postes de direction.
  • Se rendre compte que si on naît femme et qu’on est blanche, même si on a vécu des difficultés, les femmes racisées rencontrent des freins plus intenses.
  • Comprendre qu’être féministe, ce n’est pas ne pas aimer les hommes.
  • Arrêter de penser que tout le monde est hétérosexuel.
  • Arrêter de dire que l’avortement est accessible partout au Québec.
  • Partager la contraception dans un couple.
  •  Arrêter de policer le corps des femmes.
  • Juste arrêter les catcall, esti.
  • Arrêter de penser qu’une femme n’a pas le droit de vieillir.
  • Arrêter de penser que vous ne faites pas partie du problème.

 
Vous pouvez en ajouter d’autres dans les commentaires. 

Page d'accueil