Récemment, une étude sur la vie sexuelle des jeunes a été publiée et relayée dans de nombreux médias. Cette étude est d’autant plus importante qu’elle donne le portrait des comportements d’une génération qui n’a pas reçu de cours de sexualité au courant de son parcours scolaire. 

J’ai donc fait appel à la communauté Ton Petit Look afin que nous partagions avec vous ce que nous aurions voulu apprendre dans nos cours de sexualité.

1. Le consentement
C’est la base pour entamer une conversation sur la sexualité et pourtant c’est un concept qui semble être interprété de façon très large (alors qu’il devrait être tout simple!). Le consentement est essentiel avant de commencer à avoir une relation sexuelle avec quelqu'un, et ce, même si vous avez déjà eu des relations avant, êtes en couple, fuck friends ou marié.e.s. La personne avec qui vous voulez avoir une relation a le droit de dire non ou de changer d'idée. Si vous insistez malgré tout, c'est un viol. 

Je vous invite à regarder cette vidéo si vous voulez en savoir plus.

2. Où aller se faire dépister? 
J’ai la chance d’avoir une médecin de famille professionnelle et respectueuse. Je n’ai donc pas à me poser la question. Mais honnêtement, si je n’avais pas cette ressource, je ne saurais même pas où aller pour me faire dépister. 

DE PLUS, ce serait bien d'inviter les personnes qui ont un pénis à se faire tester régulièrement aussi. Ce n'est pas parce que tout a l'air beau de l'extérieur que tout va bien. Je vous invite à lire le texte d'Elizabeth ou de consulter cette page pour plus d'infos sur les ITSS. 
 
3. Slut-shaming et double standard  
J’aurais voulu qu’on m’explique plus tôt pourquoi c’est mal de slut-shamer, et pourquoi non, une fille qui porte une jupe trop courte ne l’a pas « cherché ». Il faut parler de ce double standard qui fait en sorte qu’un garçon qui a des relations sexuelles soit vu comme un Don Juan alors qu’une fille qui fait de même est une « salope ». #AucuneLogique 

4. Le big deal de la virginité 
J’aurais voulu qu’on m’explique pourquoi le concept de virginité est profondément sexiste, archaïque et hétéronormatif. Je me rappelle des ateliers de sexualité au secondaire dans lesquels l’intervenante, qui avait probablement de très bonnes intentions, nous répétait qu’avant de faire l’amour, c’était important d’être prête, d’être avec quelqu’un qu’on aime, de prendre son temps, d’y penser bien à deux fois, etc. Ce ne sont pas de mauvais conseils en soi, mais ils tendent à dire : attention, penses-y bien, car ta virginité est précieuse et tu ne veux pas la « donner » à n’importe qui, car sinon shame on you et tu as été « jouée ». 

5. Partager les frais de contraception
Payer les condoms à deux, c’est vu comme allant de soi. Mais qu’en est-il lorsqu’une des deux personnes prend une contraception hormonale? Pourquoi la personne pouvant tomber enceinte est-elle obligée d’assumer entièrement les frais d’une contraception qui bénéficie aux deux partenaires? #FoodForThought 

6. Relation sexuelle n’égale pas juste pénétration 
Une relation sexuelle peut prendre plusieurs formes (et utiliser plusieurs parties du corps) et n’a pas besoin de pénétration pour être considérée comme « complète ». 

7. C’est correct de ne pas avoir d’intérêt envers le sexe
Dans un cours de sexualité, ce serait bien de dire que c’est correct si le sexe, ça ne nous intéresse pas. C’est tout à fait légitime et personne ne devrait nous pousser à vivre une vie sexuelle qui ne nous convient pas. 

8. Genre, orientation sexuelle, intersexe et transsexualité
Si on démêlait tout cela à l’école peut-être que les personnes qui sortent du cadre cis hétéronormatif n’auraient pas à justifier sans cesse leur existence? 

Qu'auriez-vous voulu apprendre dans vos cours de sexualité? 

Page d'accueil