Ça y est. Le jour est venu de parler de ma ploune sur Internet. Et ça me semble naturel, parce que ça jase pas mal de n’importe quoi dans le groupe secret Facebook de TPL. AND WE WON’T STOP!

J’ai décidé de mettre ma gêne de côté et de vous parler de comment s’est passé la première fois que j’ai utilisé la Diva Cup.

Soyons honnêtes, quand elle est apparue sur les tablettes, la Cup avait la réputation d’être un produit de granole. Y’a pas beaucoup de filles à qui ça tentait de connaître les détails de leur vagin et de leurs pertes menstruelles à ce point-là, MÊME SI C’EST NATUREL.

Or, les choses changent. Perso, la première fois que j’ai mis un tampon vers l’âge de 14 ans, j’ai vraiment eu beaucoup de difficulté. Puisque j’étais en camping avec mes parents et que je voulais me baigner, je n’avais pas le choix de dealer avec ces choses immondes. Il m’était inconcevable, à l’époque, d’utiliser les tampons sans applicateurs.

Après 16 ans de cycles menstruels, ma ploune a changé. Dès que je mets un tampon plus que 4 heures, je finis inévitablement avec une merveilleuse vaginite. J’avais trouvé une solution avec les serviettes hygiéniques, mais géribouère que ça schlingue par bouts. J’endurais donc mon calvaire mensuel comme je le pouvais jusqu’au jour où Josée a publié cet article dans le groupe secret. 

Enfin un texte avec des arguments différents! Comprenez-moi bien, je suis all about faire des gestes quotidiens pour préserver l’environnement pis toute. Mais quand vient le temps de changer une habitude vieille de 16 ans, ça m’en prend plus que ça.

Tous les arguments de l’article m’ont convaincue. Les voici en résumé : 
 

  1. Pas besoin de se souvenir d’amener des serviettes/tampons d’extra.
  2. La Cup peut être changée seulement aux 10 heures, donc pas de « Je mets discrètement un tampon dans ma manche en allant aux toilettes au bureau/à l’école. »
  3. Elle n’asséchera pas votre ploune = exit les vaginites.
  4. Elle ne fuira pas pendant que vous dormez.
  5. Vous serez moins gênée d’avoir des rapprochements pendant votre semaine. 
  6. Elle n’est pas expulsée lorsque vous faites caca.

Afin de me préparer mentalement, j’en ai parlé à une amie. Elle m’a un peu fait peur en disant que ça lui a pris 3 mois avant de s’adapter et de vraiment bien installer la Cup. Heureusement, ça s’est hyper bien déroulé pour moi, malgré ma nervosité.
 


Ma face de nervosité et de doute
Crédit photo : Daphné LB

Voici mes conseils :

  1. Lisez bien les instructions. Je conseille de le faire la journée avant vos menstruations pour éviter de lire ce roman en étant stressée dans une cabine de toilettes publiques.
  2. Achetez le Diva Wash, le savon recommandé pour laver votre Cup. Ou du moins, achetez un savon sans parfum.
  3. Lavez-vous bien les mains avant et après avoir manipulé votre Cup.
  4. Portez un protège-dessous les premiers jours au cas où vous auriez de la difficulté à installer correctement la Cup et évitez ainsi de tacher vos culottes.
  5. Stérilisez votre Cup une fois que vous avez terminé votre cycle en la déposant dans un contenant et en la recouvrant d’eau bouillante.
  6. Conservez votre Cup comme il est indiqué, c’est-à-dire dans son joli sac fashun.

 


La Cup dans son sac fashun
Crédit photo : Daphné LB

Les instructions disent de la changer annuellement, mais si vous en prenez bien soin, elle peut durer plus longtemps. Cependant, dès que vous voyez des signes d’usure, il faut la changer.

À la lumière de ma première fois, je recommande fortement d’utiliser la Diva Cup. Je me suis sentie… libérée! Je dois avouer que ça m’a pris 2-3 fois avant de pouvoir la retirer sans « succionner » mon intérieur. 

Cependant, je pense qu’il faut bien connaître son corps pour que la première utilisation se passe bien. Si vous êtes une néophyte en terme de menstruation, avec de la pratique et de la patience, vous devriez bien vous en sortir.

Alors, ai-je réussi à vous convaincre de faire le switch? Comment ça s’est passé pour vous? 

Plus de contenu