La semaine dernière, je vous ai parlé de crème solaire à l’année. Depuis, Miley Cyrus s’est arrangée pour pogner un coup de soleil niaiseux. On peut donc dire que le sujet est chaud (ha), mais il est surtout vaste. Aujourd’hui, je vous apprends à distinguer deux types de produits solaires.
 
Dans l’univers dermato-cosmétique, ça se joue entre les filtres chimiques (ou organiques) et minéraux (ou physiques). Notez que les synonymes entre parenthèses sont des calques de l’anglais.
 
Avez-vous déjà entendu à un moment donné dans votre jeunesse : « Eille, attends vingt minutes avant d’aller au soleil! » après l'application de crème solaire? Si oui, votre mère faisait probablement allusion au temps d’absorption d’un écran chimique par votre peau. Un filtre chimique doit pénétrer la peau pour pouvoir la protéger. La protection chimique, c’est le fait que votre crème absorbe les rayons UV. Elle vous protège d’une quantité variable d’UVA et d’UVB.
 


Crédits image : Pretty Gossip

La crème solaire chimique a normalement une consistance fluide et se fond à la perfection dans votre grain de peau. Étant absorbée, il y a peu de chances qu’elle s’estompe rapidement. Peaux sensibles, il est possible que ces filtres qui pénètrent votre épiderme vous irritent/donnent des réactions allergiques (en particulier l’avobenzone)! Sachez que les écrans chimiques irritent également les yeux. La sueur de votre front « créééémé » risque de vous faire pleurer si elle coule dans vos yeux!
 
Si vous vous trouvez des airs de personnage de Tim Burton en appliquant votre crème solaire, vous utilisez sans doute un filtre minéral. Ce type d’écran solaire n’est pas absorbé par votre peau. La protection « minérale », c’est le fait que votre crème reflète les rayons du soleil. Si elle est composée d’oxyde de zinc, elle vous protège de tous les rayons, UVA comme UVB.
 


Crédits image : Kitchen Stewardship

La crème solaire minérale est normalement épaisse et laisse une couche blanche sur votre peau qui peut vous donner un air un peu blême. Par contre, elle irrite peu ou pas la peau. Elle vous protège dès son application, mais il faut penser à en remettre souvent parce qu’elle a tendance à s’estomper.

La cutie Michelle Phan explique la même chose que moi, mais en vidéo (parfait pour les gens visuels) :

 

Donc, maintenant qu’on a démystifié ça, c’est le moment de vous avouer qu’un nombre considérable de produits solaires sur le marché sont des amalgames des deux types de filtres.
 
La semaine prochaine, je m’attaque aux « ingrédients à problèmes » des crèmes solaires, à la photostabilité et à la question cancérigène. Ouuuuh.

P.-S. : ma source ultime pour cet article, c'est Skinacea. Allez consulter leur tableau comparatif, il est franchement bien fait. Il résume bien ce que mon dermato m'avait expliqué.

Plus de contenu