L'indécision vocationnelle? Y'a rien là!

Crédit photo: Rosalie Dumais-Beaulieu L'indécision vocationnelle? Y'a rien là!

Dès la troisième secondaire, les profs nous demandent de choisir un métier. Une profession qui nous suivra tout au long de notre vie, choisie à 16-17 ans... C’est bizarre, non? Je suis chanceuse, car j’ai toujours su ce que je voulais faire de ma vie. Ce n’est pas le cas de tout le monde. On change tellement au cours d’une vie. Souvent, au beau milieu de notre adolescence, on ne sait pas toujours exactement qui on est. Mais on a le feeling qu’il faut choisir TOUT DE SUITE, sinon on rate notre vie.
 

Crédit : imgarcade.com

Parfois, certaines personnes ont un métier en tête et sont passionnées par celui-ci. Par contre, les notes sont difficiles à atteindre et si la cote R n’est pas suffisante, vaut mieux rayer la job de rêve de la liste tout de suite. Je trouve ça poche. Par exemple, c'est super difficile d'entrer en médecine, mais certaines personnes seraient tellement talentueuses même si leurs notes ne sont pas parfaites!
 
Il y a aussi l’indécision vocationnelle. Je comprends que c’est difficile d’être ultramotivé au cégep quand on n’a pas l’impression que tout ce qu’on apprend va nous mener quelque part. On dirait qu’il faut être décidé dès notre inscription au cégep. Comme si on avait un but à atteindre et qu’un seul chemin pouvait être emprunté.
 
Changer de programme, ça peut aussi être effrayant. Souvent, j’entends des « Si je recommence, je vais perdre 2 ans ». Perdre deux ans de quoi? De vie? Pourtant la vie n’est pas terminée. La vie n’est pas décidée au quart de tour et n’est pas basée seulement sur une job. C’est permis de prendre son temps. C’est correct de ne pas savoir tout de suite et de se reprendre.
 
J’ai l’impression qu’il y a une énorme pression sur les jeunes étudiants pour qu’ils décident dès maintenant quoi faire plus tard. J’aimerais qu’on s’assoie pis qu’on arrête de capoter.

  • Si vous voulez partir faire le tour du monde avant de reprendre tes études, allez-y!
  • Si vous voulez vraiment le métier de vos rêves, c'est possible.
  • Si l’école, ce n'est pas votre truc et que vous voulez arrêter un petit moment, c'est ben correct!
  • Si vous voulez du temps pour y penser, prenez-le.

​Crédit : giphy.com

La vie, c’est long. Il n’y a rien qui presse et on n’est pas obligé de tout savoir tout de suite. Je suis tannée de cette pression qu'on s’impose. Vous avez le droit de faire vos sciences nature, d'aller à l’université en enseignement et de finir à l'école de l'humour. Y’a pas qu'un seul chemin, t'sais.
 
Saviez-vous déjà ce que vous vouliez faire quand vous étiez jeune? Est-ce que votre parcours d'études est cray?

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES