[PHOTOS] À voir : une campagne-choc sur la consommation de drogues et d’alcool

Les travailleurs sociaux et les médecins le disent depuis plusieurs mois déjà : le Canada est en pleine crise des opioïdes et plus largement, la consommation de drogue en tout genre fait de plus en plus de victimes. C’est un véritable problème de société et force est de constater que les approches actuelles ne portent pas fruit. Je suis toujours surprise lorsque je vois les nouvelles campagnes de sensibilisation de la SAAQ (Société de l’assurance automobile du Québec) et du gouvernement québécois sur la consommation de drogues et d’alcool. Le ton est moralisateur et empreint de jugement.

 

 

Dans cet excellent article de La Presse, Dre Bruneau, professeure au département de médecine familiale et d’urgence à l’Université de Montréal, explique qu’il faut approcher les problèmes de consommation de la même manière qu’on approche d’autres maladies : « il faut utiliser la science pour aider les gens plutôt que la coercition. »

 

Depuis plusieurs années, les travailleurs de rue et quelques spécialistes de la santé ont une approche qu’on appelle « approche de réduction des méfaits ». Cette approche se concentre à réduire les conséquences négatives liées à la consommation plutôt que d’essayer d’éliminer complètement le comportement. Pour donner un exemple concret, les centres d’injection sont le fruit d’une méthode basée sur la réduction des méfaits.

 

Je suis tombée sur une nouvelle campagne de sensibilisation norvégienne qui construit son message autour de l’approche de réduction des méfaits et j’ai été très impressionnée par les visuels. Ça serait tellement génial si une campagne du même genre pouvait être largement partagée au Québec. On peut y lire des messages comme « Sarah n’est pas morte en essayant la MDMA. Elle a pris juste la moitié d’une dose et a attendu de voir les effets. » [traduction libre].

 

Association for Safer Drug Policies

 

Être aux prises avec un problème de consommation, que ce soit la drogue ou l’alcool, ce n’est pas facile. Le chemin pour s’en sortir est épuisant et parsemé d’embûches. Surtout, il n’est pas linéaire. La dernière chose dont ces personnes ont besoin, c’est d’un discours moralisateur qui les empresse d’arrêter leur comportement là, maintenant. La vérité, c’est que ce n’est pas possible d’arrêter un problème de consommation comme ça, en claquant des doigts.

 

Par contre, en éduquant sur de bonnes pratiques de consommation, en offrant des lieux sûrs, comme des centres d’injection supervisée, pour que les gens consomment leur drogue et en changeant le discours des autorités et du milieu médical, on peut diminuer le nombre de morts par surdose. On peut limiter le nombre de vies qui nous glissent entre les doigts.

 

Drogue : Aide et référence 

1-800-265-2626

Tel-jeunes 

1-800-263-2266

Maison Jean Lapointe 

1 800 567-9543

Cactus Montréal

514 847-0067

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES