Depuis quelques mois maintenant, je suis en transition vers un mode de vie zéro déchet. En début d’année, je m’en tenais aux aliments secs et aux produits ménagers que j’achète maintenant en vrac. Puis j’ai élargi aux huiles et aux condiments, comme le sirop d’érable.

J’ai pensé faire la liste des choses que je continue de jeter, à la fois pour me rappeler à quel point il me reste du chemin à faire, mais aussi pour faire le bilan de ce que j’ai accompli à ce jour. Je pense refaire cette liste dans quelques mois, histoire de voir le progrès! Bonne lecture!

  • L’emballage du beurre : à moins de baratter mon propre beurre, je n’ai pas trouvé de solution. En tout cas, je ne suis pas rendue là.
  • Boîtes de conserve : je lève mon chapeau à tous.tes celleux qui réalisent une sauce à spaghetti entièrement zéro déchet.
  • Papier d’aluminium, papier parchemin et pellicule de plastique : il serait vraiment temps que j’investisse dans un tapis à cuisson en silicone.
  • Les sacs de fruits congelés. J’adore les smoothies, mais je ne congèle pas encore des fruits spécialement pour ça, sauf peut-être les bananes. Au moins, je peux nettoyer et recycler les sacs. C’est mieux que rien.
  • Les sacs de foin, de moulée et de litière pour Lapinette. Je pense que quiconque a un animal de compagnie doit accepter que ces déchets le resteront. Même si les sacs peuvent être recyclés.
  • Mouchoirs : je n’ai rien contre le fait garder un mouchoir en tissu sur moi pour les petits incidents. Mais je ne me vois pas le récurer en plein mois de février, quand mon corps entier est secoué par un vilain rhume.
  • ​Papier de toilette… Je ne pense pas pouvoir y faire grand-chose avant d’avoir une toilette qui me nettoiera les fesses au jet d’eau.

Crédit : Giphy
  • Cotons-tiges ou cure-oreilles : ma boîte tire à sa fin, et je ne compte pas en racheter. Il paraît qu’on n’a pas vraiment besoin de se récurer les oreilles, même que ce serait dangereux! Je vais essayer de m’en passer quelque temps. Sinon, il existe une alternative, que j'ai trouvée sur le blogue Les Trappeuses. Pour une salle de bain zéro déchet, lisez leur billet.
  • Tubes de dentifrice : ça aussi, ce serait simple de le faire moi-même.
  • Brosses à dents : ce serait pourtant vraiment facile de choisir une brosse à dents en bois qui ne met pas des centaines d’années à se décomposer.
  • La soie dentaire. Il fut un temps, ma grand-mère traînait un cure-dent en plastique. Considérant les propriétés « absorbantes » du plastique, me semble que c’est pas propre-propre. Je suis ouverte aux suggestions!
  • Bâtons de déodorant : j’entame présentement mon dernier tube, et j’ai quelques DIY à tester. À suivre!
  • Cosmétiques : je me maquille déjà très peu. Raison de plus pour essayer de fabriquer mes propres cosmétiques, me direz-vous! Vous avez bien raison.
  • Bouteilles et tubes de soins pour la peau : avec ma petite peau sensible, je dois avouer que je suis quand même attachée aux produits que je connais et qui fonctionnent. Pourtant, ce ne sont pas les solutions qui manquent. Il existe une tonne de recettes à réaliser soi-même, ou des compagnies comme Lush qui proposent des versions solides ou qui récupèrent les pots. C’est déjà ça!

Je ne pense pas un jour avoir un mode de vie 100 % zéro déchet. En fait, on produit tous.tes des déchets à un certain niveau.

C’est bon aussi de se rappeler qu’on ne peut pas tout faire. Vous avez essayé de faire votre propre dentifrice, mais franchement, vous n’avez pas aimé? Pas de problème! Vous vivez en région et il n’y a pas d’aliments en vrac dans votre secteur? Personne ne vous demande de partir en croisade pour ouvrir une épicerie zéro déchet, ou de déménager. On y va en fonction de son mode de vie et de ses priorités, c’est tout.

Bref, peu importe ce que vous faites pour diminuer votre empreinte écologique, je vous dis bravo et continuez! Chaque petit geste compte.

Page d'accueil