Quand j'étais petite, il n'était pas rare que ma mère revienne de l'épicerie avec un nouvel Archie dans les mains. Sans entrer dans les détails, ce dernier finissait bien souvent aux toilettes, où, avide de grande littérature (#Lol), je finissais par le récupérer. Je n’ai pas besoin de vous faire un dessin : Archie = littérature de salle de bain pour beaucoup de gens (surtout moi). Reste que je connais, grosso modo, le fameux triangle amoureux Archie-Betty-Veronica. Il ne m’en fallait pas plus pour jeter un coup d’œil à la nouvelle série netflixienne (produite par Warner Bros. et CBS) Riverdale...
 
L’univers classique d’Archie, mais pas mal plus dark
Je ne veux pas vous vendre de punch, mais la série s’ouvre sur un meurtre. Waouh, ça clash déjà pas mal avec les bandes dessinées qui se concentraient surtout sur les quiproquos que créait l’épique triangle amoureux. On y reconnaît toutefois l’univers original des Archie : des adolescent.e.s américain.e.s en quête d’identité et de reconnaissance, la Riverdale High School, le café Pop Tate, etc. Mais tout est plus sombre, entouré d’une sorte d’aura de suspense.
Je ne suis toutefois pas surprise : les séries produites par Netflix surfent encore sur cet intérêt qu’a suscité l’excellente et populaire série Stranger Things (la saison 2 s’en vient, gang, HIII! #CantWait). On retrouve dans Riverdale quelques éléments similaires à Stranger Things, comme l’ambiance plus dark et mystérieuse, la clique qui ressemble à celle des goonies, l'atmosphère nostalgique et vintage des 80s, etc. Même l’intro est similaire, avec l’écriteau « Riverdale » en gros néon lumineux (!). Mais dans l'ensemble, jusqu'à présent, j'apprécie la série – malgré les flagrantes ressemblances.

Crédit : thecwriverdale/Instagram

Une dose de divertissement hebdomadaire
Riverdale est la première série hebdomadaire que je suis sur Netflix : un nouvel épisode sort chaque vendredi! J’ai l’habitude de procrastiner m’offrir des séances de binge watching assez intenses sur Netflix, mais là, je dois m'armer de patience. D’un autre côté, je me sens au même niveau que tout le monde et je peux vivre le buzz en même temps que mes ami.e.s Facebook, yé!
 
Toutefois… Il y a un cruel manque de diversité
Le casting semble assez clair : des gens blancs, minces et sans handicaps apparents. Bref, on est très loin d’une quelconque réalité. Et c’est ce que je trouve franchement dommage avec cette série. Oui, j’apprécie le chest d’Archie et les sourcils parfaits de Veronica, mais tout ça me rappelle que je suis conditionnée à trouver ça plaisant. Pourquoi? Parce que c’est tout ce que l’on montre à la télévision, dans les films, dans les médias, et ce, sans arrêt. J’aurais aimé voir différentes formes de corps, plus de personnes racisées, une réalité plus proche de la mienne. Pourquoi ne pas faire du triangle amoureux Archie-Betty-Veronica une relation polyamoureuse fonctionnelle? Ce serait génial et tellement pertinent. Et je continue d’espérer que Jughead va être présenté comme un être asexuel, et non comme un solitaire en manque d’amour. Plus de diversité sexuelle, ça ne ferait pas de tort non plus, t'sais.

Mon pref' = JUGHEAD!
Crédit : thecwriverdale/Instagram

Voici donc ma petite critique de Riverdale. En attendant le prochain épisode, je suis curieuse de connaître vos avis sur les premiers épisodes cette série!

Page d'accueil