La nouvelle sensation du monde de l'humour, Amy Schumer, a révélé son poids durant un discours lors d’une remise de prix. Juste de même. « I’m probably 160 pounds and I can catch a dick whenever I want. » Le reste du discours est très drôle, si vous voulez le regarder, c’est sur Man Repeller que je l'ai trouvé.

Dans mon grand enthousiasme (et parce que je pèse la même chose depuis au moins 5 ans), j’ai partagé l’article en annonçant à mes chers collègues de la communauté TPL : « OMG À GO ON SE DIT NOTRE POIDS, QUELLE BELLE EXPÉRIENCE!!!! ».

C'est à ce moment que j'ai vraiment compris à quel point un banal chiffre peut faire mal. 

Je m’appelle Josiane Stratis, j’ai 29 ans, je mesure 5’7’’, pis je pèse 150 lb, il me semble. C'est ce que m'a donné mon dernier tour sur la balance.

Pour moi, c’est facile de le dire. Plus facile que de me mettre en deux-pièces sur Internet en tout cas. C’est surtout facile parce que je sais que j’ai ce poids-là depuis quelques années et que je n'ai pas le goût de le changer parce que je suis heureuse dans mon corps. Je n'ai pas de difficulté à le dire parce que j’aime regarder les gens, leur dire et voir leur surprise que je puisse peser « autant ». Ça me fait autant rire que rager. Mais plus rire jaune. 

Dans notre discussion dans le groupe, il y a plusieurs choses qui sont ressorties. Premièrement, nous sommes une couple à peser 150 livres. Il y a Noémie (5’4’’), moi (5’7’’), Daphné (5’6’’), Catherine Létourneau (5’9’’), Marie-Eve Jarry (5’6’’), Laura (5’10’’), et sûrement d’autres. Le plus révélateur, c’est que nous sommes toutes de grandeurs différentes, donc shapées (littéralement) différemment. Juste si on prend Carolane, avec le même ADN que le mien, on voit une différence, car elle pèse 130 livres. 
 


Crédit : josianes/Instagram + montage par Théo Dupuis-Carbonneau

Chez TPL, on a aussi des filles petites : chez les 5’2’’ et 5’3'’, Odrée et Jessica Delorme font 135 livres. Valérie fait 180. Marie-Eve Tougas, entre 250 et 260. Marie-Ange, 121, Jennifer, 115, Sonia, 105 et Rosalie, 98 livres. Encore une fois, quand on les regarde, on remarque que la forme de leur corps est très différente, même chez les filles au poids similaire. 

Chez les 5’4’’ à 5’6’’ : Stéphanie Bénard fait 125, Roosa et Jeanne, 140, Jessica, 160, Vanessa, 120 et Andréanne, 160, alors que Gabrielle C. fait 309. Le 125 de Julie fluctue. Camille, 122 quand ça va bien. Caroline, 119. Alexandra, 140. Cassidy, 120. Noémie, 125 quand ça va bien aussi. Gabrielle G. fait 115. 

À 5’7’’, il y a Myriam qui fait 240 livres. Jérémie, quant à lui, fait 165 livres pour 5’11’’

Je sais que je vais avoir l'air cliché, mais quand je regarde la forme du corps des filles qui sont dans l’équipe de TPL, peu importe le poids sur la balance ou leur grandeur, je sais que c’est vrai que ce sont de belles personnes. Et cet exercice prouve que le poids ne veut tellement, mais tellement rien dire. 

Mais tout monde sait ça, right

Non. Parce que je vois encore trop souvent des filles qui ne veulent pas dire le chiffre affiché sur la balance. Que ce soit à cause d’une prise de poids soudaine, d’une maladie, d'un héritage familial malsain par rapport au poids ou parce qu’elles ne veulent pas participer à la culture du chiffre. C'est tabou. Le chiffre fait de la peine. 

Et c’est ça qui est spécial. En disant notre poids, est-ce qu’on participe à la démocratisation des chiffres en rendant l'exercice plus facile? Parce qu'on s'entend que même si le chiffre ne veut rien dire, et qu’on le sait toute très bien, la société considère que, plus il est petit, plus il est supposé nous rendre heureuses. Ugh. 

À ce sujet, Carolane, Camille et Noémie nous racontaient que pour elles, une perte de poids, c’est signe que ça ne va pas bien. C’est super mal vu pour elles de perdre quelques livres. Ça veut dire que le poids de l’anxiété a pris le dessus. 

D’un autre côté, une prise de poids est dure à prendre chez pas mal tout le monde. Je sais que c’est tough de changer de taille, mais un moment donné, il va falloir qu'on se rende tous compte que ça ne change rien à la personne que l'on est ou à notre sex appeal. En fin de compte, tout ce que ça change, c'est la taille sur l'étiquette de nos vêtements. Il faut aussi qu'on se rende compte collectivement que médiatiser les prises et les pertes de poids, c'est cave. Ça ne sert à rien, à part à faire de la peine aux gens.

J’ai comme le goût de dire que, dans le fond, il n'y a pas trop de solutions. Ou peut-être que oui. Peut-être que, pour certaines personnes, ça aide de ne pas parler de poids. Tandis que, pour d'autres, j'imagine que ça peut aider pour se sentir bien dans leur peau. Pas en se comparant, mais plutôt en essayant de se répéter que c'est juste un chiffre. Qu’un IMC et qu’un chiffre sur une balance, c'est un indicateur comme un autre. Comme la température. Il peut faire 19°C dehors et je vais avoir fucking chaud si c'est humide, alors que s'il fait 19°C et qu'il vente, je vais avoir froid. La comparaison est conne, mais c’est vraiment ça. 

Faut arrêter, ensemble, de prendre cette mesure-là pour plus que ce qu’elle est. Et SURTOUT, arrêter de mesurer notre forme physique en termes de livres perdues. 

Non? Je ne sais pas!

Est-ce que vous êtes à l’aise de parler de votre chiffre? 

Page d'accueil