Histoire courte : j’étais dans mon cours de droit, en train d’apprendre les subtilités des restrictions d’un contrat de non-concurrence, quand le prof a pris comme exemple une formule mathématique bien simple. J’ai vraiment aimé ça, je suis devenue super excitée. Vous pouvez blâmer les hormones, mais bon...

En y repensant plus tard, je me suis dit que cette règle pouvait aussi s’appliquer à la mode, parce que c’est super facile à comprendre (j’en ai même parlé dans notre chronique de Vrak.tv)!

TPL utilise une règle mathématique pour expliquer le bon goût vestimentaire.

 

Qui eût cru qu’on puisse appliquer une règle mathématique à la mode?! En fait, dans le monde de l’art, il y a eu plein de théories qui rapprochaient les maths et l’esthétisme, comme la règle des symétries, la règle des proportions et le nombre d’or.

Mais bon, j’ai décidé d’appeler cette nouvelle règle : la règle du gros bon sens et du goût vestimentaire TPL.

Vous allez voir, c’est moins pire que ce qu’on apprend en statistiques à l’université...

J’ai utilisé la loi de la somme des angles d'un triangle et je l’ai appliquée à la mode. C’est facile : cette somme doit toujours égaler 180 degrés. Donc, peu importe le degré de ces trois angles, si l'un devient plus intense (obtus), les deux autres doivent nécessairement devenir plus soft (aigus).

Et comme je sais que rien ne vaut quelques exemples, en voici en v’là!

TPL utilise une règle mathématique pour expliquer le bon goût vestimentaire.

TPL utilise une règle mathématique pour expliquer le bon goût vestimentaire.

Pour porter un maquillage qui ne ressemble pas à celui d’un clown.

TPL utilise une règle mathématique pour expliquer le bon goût vestimentaire.

Pour avoir un look complètement équilatéral.

Pour comprendre comment jouer avec les accessoires.

TPL utilise une règle mathématique pour expliquer le bon goût vestimentaire.

Hahahaha! VOILÀ LA CLÉ DE TOUTE. OMGGG!

Aimez-vous ça? Trouvez-vous que ça a du sens? Suis-je un génie? UN GÉNIE!

Plus de contenu