Comment se créer un réseau de contacts quand le social n'est pas notre fort

Crédit photo: Catherine Maltais/Illustration Comment se créer un réseau de contacts quand le social n'est pas notre fort

Quand j’ai commencé mon baccalauréat en design graphique, je m’imaginais que je pourrais facilement éviter tout contact social en restant dans mon bureau avec mon meilleur ami, M. Ordinateur. Malheureusement, c’est en avançant sur le chemin sinueux des études à l’université que j’ai constaté que, dans ce domaine, parler à des gens, souvent importants, est indispensable et inévitable.

Comme dans plusieurs métiers, celui-ci nécessite d’avoir un bon réseau de contacts pour être engagé.e quelque part. Pourquoi contacteraient-ils.elles quelqu’un qu’ils.elles ne connaissent pas quand la personne parfaite pour le poste est déjà dans leur entourage? J’ai appris, avec le temps, qu’il fallait être cette personne. Mon stress, lui, n’a pas embarqué dans ce projet aussi facilement.

Avant ma première soirée de réseautage, le hamster infatigable de mon esprit n’a pas arrêté de tourner dans sa roue de toute la nuit, cherchant comment il allait surmonter le fait de devoir se présenter à des gens que j’admirais. Toujours de loin. Le lendemain matin, il n’avait toujours pas trouvé de solution. Eh bien, la vérité, c’est qu’il n’y en a pas vraiment.

J’ai découvert ce soir-là que les professionnel.le.s sont comme nous, juste avec un peu plus d’expérience. Même si vous le.la surprenez comme une ombre quand il.elle se retourne #Creep, parce que ça fait dix minutes que vous attendez de trouver le bon sujet de conversation ou même si vous pensez que vous allez avoir l’air awkward (ce qui va probablement être le cas, en tout cas pour moi), ça ne peut pas être pire que de ne pas lui parler du tout.

Croyez-moi, le sentiment de regret est toujours plus fort que l’inconfort. Le regret, ça tue les hamsters d’esprit. Ça les fait tourner tellement fort dans leur roue qu’ils explosent. J’ai au moins quatre-vingt-six hamsters à mon actif, je sais de quoi je parle.

Petits trucs pour se préparer :

  • Savoir plus que le nom de l’entreprise. S’informer sur leurs valeurs, leurs projets, leur environnement de travail, etc. En résumé, trouver celles qui vous représentent. C’est beaucoup plus facile de parler de choses que l’on connaît.
  • Parler aux bonnes personnes. Identifier celles à qui il faut « se vendre ». Si vous parlez à un.e vendeur.se de chaussures dans une soirée de communications et que vous êtes designer graphique, il y a de minces chances que ça mène quelque part.
  • Vous connaître. Comment voulez-vous convaincre quelqu’un que vous êtes le.la meilleur.e quand vous ne savez pas pourquoi vous l’êtes? On est tous et toutes awesome de différentes façons, mais il faut savoir lesquelles.

Je parle beaucoup de mon métier, mais ça peut s’appliquer à plein d’autres processus de recherches d’emploi ou de création de contacts.

L’important c’est de vous convaincre de croire en vous, même si c’est souvent difficile. Ça les convaincra aussi. Soyez bien préparé.e et transmettez votre passion, ils.elles ont la même et ils.elles ont déjà été à votre place, c’est-à-dire dans leurs petits souliers. Ces personnes vont comprendre.

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES