Ma première fois avec une coupe menstruelle

Crédit photo: Stéphanie Côté

Récemment, j'ai décidé qu'il était temps de magasiner une coupe menstruelle. Bon, c'est un peu parce que je voulais produire moins de déchets, mais surtout parce que je cherchais une solution de rechange aux tampons, que je n'étais plus capable de tolérer depuis environ deux ans.

J'ai testé le flux instinctif libre, juste parce que j'étais tannée d'être constamment inconfortable. Je le pratiquais souvent chez moi. Au travail, un peu moins. Disons que ce n'était pas vraiment faisable dans les premières journées de mes règles... J'ai aussi testé la culotte menstruelle, mais je suis incapable de porter ça longtemps. C'est super pratique pour la nuit, mais c'est à peu près ça. Je n'aime juste pas la sensation. « Je ne me sens pas fraîche », comme dirait Criquette.

Je me suis donc lancé à la recherche de la coupe parfaite, car je n'avais pas envie d'embarquer dans cette aventure-là à l'aveuglette. J'ai fait une Sherlock Holmes de moi-même et j'ai enquêté dans le plus profond des Internets pour y trouver chaussure à mon pied (oh la belle métaphore). J'ai découvert le magnifique site web de Put A Cup In It, offrant une charte de comparaison des différentes coupes menstruelles disponibles sur le marché, ainsi qu'un quiz donnant une bonne idée de celle qui nous correspond le mieux. J'ai conclu que la très célèbre Diva Cup, la plus accessible ici, n'était vraiment pas pour moi, et qu'idéalement il me faudrait un modèle plus petit et moins ferme (parce que oui, il y a différentes grandeurs et différents niveaux de fermeté, information quand même assez importante).

Selon la charte du site, plusieurs choix s'offraient à moi quant aux modèles de coupes, mais la réalité est tout autre quand il est question de disponibilité. Pour une raison obscure, il semblerait que c'est extrêmement difficile d'avoir accès à plusieurs modèles au Québec sans que ça coûte la peau des fesses (non, je ne payerai pas 100 $ pour un objet que je ne suis même pas certaine d'adopter). Donc pour une question d'accessibilité et de frais de livraison pas trop élevés, j'y suis allé avec la Lily Cup One de Intimina, leur modèle pour débutante. En plus d'être cute (à ne pas négliger!), elle se plie, donc super facile à ranger.

Avec les frais de livraison, ça revenait à environ 40 $, c'est-à-dire le prix de la Diva Cup que j'aurais pu acheter à peu près n'importe où. Quelle aubaine! Bien sûr, ce n'était qu'une illusion, car au final, j'ai dû payer des frais de douane, ce qui fait que cette belle coupe rose en silicone m'a coûté 60 $. Ce n'est pas dramatique. Mais disons que je me suis jurée de faire tout mon possible pour que ça fonctionne. Juste pour rentabiliser mon 60 $, t'sais...

Crédit : Stéphanie Côté

Lorsque je l'ai reçu, j'étais en admiration devant cette petite coupe, moins épeurante que je le croyais (genre que dans ma main elle a l'air toute petite. Et j'ai des mains d'enfant). J'étais tout de même surprise de constater qu'il y avait peu (genre deux trois lignes écrites en minuscules caractères) ou pas d'information sur ladite coupe à l'intérieur de la boîte. Étrange puisqu'il faut en prendre bien soin, surtout question hygiène. Mais je connaissais déjà la base donc je l'ai fait bouillir plus longtemps qu'autrement (bye les germes) et je l'ai rangée dans son petit boitier mignon jusqu'à ce que le jour 1 de mon cycle menstruel se pointe.

Histoire rocambolesque à suivre dans le prochain article (gros suspense, wouah)...

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES