Série « Beauté Fatale » : réapprendre à se regarder toute nue!

Crédit photo: Instagram/@JosianeS Série « Beauté Fatale » : réapprendre à se regarder toute nue!

Pis, comment avez-vous trouvé la première partie du documentaire Beauté Fatale?

Personnellement, comme je l'expliquais hier, ça m'a permis de faire une belle réflexion sur le pourquoi du comment je me trouve « ben correcte ». J'haïs vraiment les rapports de performance face à la « beauté », je connais ma valeur et j'accepte que mon corps soit différent de celui des autres. 

Je ne sais pas si c'est le fait d'être maman, d'avoir consulté une psychologue ou simplement parce que je prends de l'âge, mais ma vision de mon corps a beaucoup changé dans les deux dernières années. Ça m'arrive encore de me sentir comme de la marde. Je travaille juste pas mal là-dessus. Je ne suis pas capable de faire des belles pâtisseries dans la vie, mais je suis certaine que si je mettais la main à la pâte (tudumtsi), je serais vraiment meilleure! C'est la même chose avec l'acceptation de soi.

Apprendre à se regarder toute nue : l'exercice de la semaine (de la vie)

Post-accouchement, j'ai dû dealer avec le fait que je ne contrôlais pas mon corps. Mes seins ont explosé (et d'ailleurs, ils n'étaient pas allaitement-friendly, ce qui est un cauchemar une fois maman), j'avais une bedaine molle et vide et mon corps est devenu l'affaire de tout le monde. Quand je dis tout le monde, c'est tout le monde. Une chance que j'ai un peu le sens de la répartie parce que je me suis souvent sauvé d'une crise de nerfs en disant des trucs comme « Ben non, j'ai pas encore fait l'amour, alors c'est sûr que je suis pas encore enceinte... Pis c'est pas de vos affaires mon corps, je commente pas le vôtre. » Disons que ça pouvait surprendre, mais un moment donné, le monde gosse avec ça. 

Les réseaux sociaux n'ont pas été tendres envers mon body post-grossesse. Une chance (sic) que je me suis faite bully durant tout mon secondaire, sinon je n'aurais pas eu de distance face à ça. Je sais que je parle souvent de cette période de ma vie, mais c'est parce que je pense que la répétition fait la conviction (merci Tupperware) pis que de redire que ça se fait pas, ça va peut-être aider à changer les choses. Un jour, peut-être, le monde pourra se fermer la trappe sur le corps des autres

On fait ça comment?

Un jour, j'ai juste décidé que c'en était assez de me torturer avec la forme de mon corps. Que c'était wack de le faire, parce que je ne pouvais pas le changer. Parce que j'avais pas la motivation de le faire. J'ai commencé à faire du pilates une fois par semaine pour améliorer mes muscles (lever un enfant, c'est tough des fois). Je n'ai pas changé mon alimentation vraiment, à part que je me fais des smoothies parce que boire, c'est plus pratique que manger le matin.

Je me suis regardée toute nue. Plein de fois. Dans mon bain, en m'habillant, devant le miroir, quand mon enfant dormait et après avoir fait l'amour. 

Juste ça? Oui, juste ça. J'ai pris 5 minutes de mon temps et je me suis regardée nue. J'ai pris le temps de regarder toutes les parties de mon corps, de mon enveloppe pour la vie. J'ai pris le temps de remarquer ce qui faisait que j'étais différente des autres. Pas mes défauts, mes différences. Mes grains de beauté, la couleur de ma peau, la forme de mes seins, la forme de mon ventre. Dès que j'avais une pensée négative à propos d'une partie de mon corps, je commençais à gratter le pourquoi. Est-ce que j'étais en train de me comparer? Est-ce que j'étais en train de vouloir changer un truc pour plaire à du monde dont je me crisse 95 % du temps? Est-ce que c'était sain de penser de même? 

Je ne dis pas que c'est l'exercice le plus facile, je dis pas que c'est vraiment le fun non plus, mais ça permet vraiment de changer la vision de son corps. Ce n'est pas de le faire à en devenir une obsession, parce que le but c'est de pas le changer, mais de l'accepter. C'est aussi d'y aller avec humour en se disant des trucs comme « Tiens, ça c'est ma petite boule qui tend vers la gauche et celle-là, c'est ma petite boule vers la droite ». Au final, personne trouve son corps parfait, mais de le regarder avec humour, ça aide à le trouver mieux et ça c'est vraiment bon. 

Désolée pour le roman, en tout cas, mais c'est un gros sujet. #pasdejeudemots

N'oubliez pas la deuxième partie ce soir à Télé-Québec!
 

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES