Un foulard, trois looks, beaucoup d'envies.

Crédit photo: Aritzia Un foulard, trois looks, beaucoup d'envies.

J’ai porté tellement de paréos, pendant ma jeunesse débridée d'étudiante en littérature, que ma peau doit être incrustée de fragments de batik. 

Mes collègues et moi pendant notre cours de récitation de textes littéraires. 
Crédit : Giphy

Si je me suis calmée sur les motifs exotiques depuis que j'ai quitté le pavillon De Koninck de l'Université Laval, je ne me suis pas départie de ma #PassionFoulards. Il y a quelques semaines, dans les allées du Aritzia, mon regard s'est posé sur cette magnifique chose. 

Crédit : Aritzia

Je me suis approchée. Je l'ai touchée (doooouuuux). Je l'ai soupesée. J'ai soupesé mon portefeuille. Je me suis éloignée.

Funeste, funeste rencontre.

J'ai le spleen.
Crédit : Aurélie Couture

Tellement, tellement de kits pourraient inclure cette écharpe.

Le perfecto
Depuis que mes bonnes résolutions de rédaction de thèse ont pris le bord à cause de deux cours surprises au collégial, je suis en joggings 75 % du temps, aka quand je n'enseigne pas ou que je ne suis pas dans la douche.

Pour sortir faire mon épicerie en toute dignité, il me suffirait de me couvrir d'un perfecto, de m'enrouler dans le foulard, de mettre un peu de rouge sur mes lèvres exsangues (ou pas) et hop! Brace yourself, IGA Toppetta de Pointe-Saint-Charles.

 
Crédit : Aurélie Couture via Polyvore

Le trench-coat
Les fois où je m'habille, j'accepte difficilement d'abandonner le mou. Me draper dans une robe de laine à col roulé et m'enfouir la face dans l'écharpe m'apparaîtrait comme une bonne manière d'opérer la transition entre mon bureau et le monde extérieur.

Avec un trench-coat par-dessus tout ça, je serais prête à arpenter la rue Charlevoix, l'air ténébreux et inaccessible.

Crédit : Aurélie Couture via Polyvore

La cape 
Parfois, quand me prend l'envie de vivre au maximum et de rester dehors plusieurs heures de suite, j'ai le goût d'être coquette. (Digression : suis-je la seule à qui le mot « coquette » rappelle étrangement une basse-cour?)

Le foulard + un chapeau de feutre + des lunettes fumées + une cape (comme cette superbe cape de chez COS) = tout crie : « Je ne suis pas en train de corriger des copies! Glam life! ».

 

Crédit : Aurélie Couture via Polyvore
 
Je pourrais même essayer de me faire une cape avec le foulard et me peindre la moitié de la face en bleu, question de me garder le poitrail bien à l'abri du froid tout en rendant hommage à William Wallace. Dans les deux cas, il suffirait d'enfiler un chandail chaud comme couche de fond, question de ne pas trop frissonner de l'avant-bras. 
 
Crédit : Who What Wear
En attendant, je me console en me disant qu'il existe plusieurs variations moins chères sur le thème de l'écharpe à carreaux et que je finirai sûrement par trouver un plan B.
 
Crédit : Aurélie Couture via Polyvore
Avez-vous une écharpe préf'? Comment la portez-vous?

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES