Le terme Manic Pixie Dream Girl (MPDG) est souvent utilisé en cinéma pour parler de personnages féminins qui ne servent que d'intérêt romantique dans l’intrigue du film. Coquette, cool et souvent excentrique, la MPDG aide le protagoniste masculin à trouver un sens à sa vie. Toutefois, avec l'arrivée de célébrités, comme Harry Styles qui se déhanche torse nu avec sa chevelure bouclée flottant au vent dans ses clips de musique, le concept de Manic Pixie Dream Boy prend de l’ampleur. 

Harry Styles
Crédit:Giphy

Différent de son homologue féminin qui est plutôt une désignation péjorative, le MPDB est une étiquette bien accueillie parmi les célébrités recevant ce statut. Cela les classe parmi une nouvelle génération de sex-symboles qui célèbrent l'individualité, la fluidité et la douceur masculine tout en renonçant à la virilité. Prenons un moment pour passer en revue quelques vedettes de la scène québécoise qui ont des allures de Manic Pixie Dream Boys.

Hubert Lenoir

Hubert Lenoir est un MPDB tout craché. Évidemment, ce n’est pas une compétition pour déterminer qui a le caractère le plus décalé et doux. La masculinité peut prendre plusieurs formes. Je dis simplement que par définition, Hubert Lenoir coche la plupart des critères du MPDB avec sa présentation excentrique, enjouée, se foutant pas mal de toutes les normes binaires. De plus, à travers son art et ses chansons comme Fille de personne II, il passe un message féministe, qui est l’attrait initial du MPDB. 

Jay Du Temple

Vous avez peut-être vu la célèbre couverture de Jay Du Temple portant du vernis à ongles vert assorti à ses cheveux dans l’édition d’ELLE Québec en novembre 2020. Les réactions célébraient la « face cachée » de Jay Du Temple ou montraient une opposition violente à sa rupture avec la masculinité traditionnelle. On pourrait dire que cette personnalité publique est peut-être un peu trop musclée pour être un véritable MPDB puisqu’il répond toujours à quelques idéaux physiques masculins populaires des années 2000, mais je lui accorde tout de même le titre de MPDB puisqu’il explore son expression de genre par son habillement.

Jean Leloup

Lors de l'ascension de sa popularité en 1990 avec son album L’amour est sans pitié, Jean Leloup s'est fait remarquer, entre autres, pour son look rock & roll rappelant le symbole sexuel de Mick Jagger et David Bowie. C’est d’ailleurs son androgynie de rocker qui l’aide à décrocher le rôle de Ziggy, un homme homosexuel, dans la deuxième production de Starmania par Luc Plamondon. L'artiste ne se dit pas non binaire, mais son besoin de découvrir l’étendue de sa liberté artistique le rend pas mal Manic Pixie Dream Boy.

Après avoir lu cet article, quels sont les autres artistes qui vous viennent à l’esprit quand vous pensez au concept de Manic Pixie Dream Boy?

 

Page d'accueil