En novembre dernier, Elisabeth Rioux a dénoncé son ex-conjoint Bryan McCormick pour violence conjugale sur ses réseaux sociaux, en révélant également qu'elle avait porté plainte à la police. Mardi soir, Le Devoir a confirmé que Bryan McCormick faisait maintenant face à sept chefs d'accusation. Il est en effet accusé notamment de voies de fait et d’avoir étranglé l'entrepreneuse. Les événements se seraient déroulés à Mirabel sur une période de 10 mois, entre le 1er juillet 2019 et le 29 septembre 2020. Les accusations ont été déposées avant les Fêtes.

À l'automne dernier, Bryan McCormick, qui est aussi le père de la petite Wolfie, née en juillet dernier, avait confirmé la rumeur de rupture qui circulait depuis déjà un moment. La fondatrice de Hoaka Swimwear n'avait cependant pas voulu commenter l'affaire, mais une « blague » lancée par son ex-conjoint quelques semaines plus tard sur les réseaux sociaux a fait briser son mutisme. Elisabeth Rioux s'est alors défendue en dévoilant des photos sur lesquelles on peut voir des bleus qu'elle attribue à des coups donnés par son ex-conjoint.

Le Devoir a également donné plus de détails concernant les autres chefs d'accusation pesant contre Bryan McCormick. Le jeune homme de 27 ans est en effet accusé également « d’avoir proféré des menaces de lui causer la mort ou des lésions corporelles en plus de l’avoir harcelée dans le but de lui faire craindre pour sa vie ou celle d’un proche », « de communications harcelantes », « de méfaits pour avoir détruit plusieurs objets » ainsi que d'avoir « séquestrée, emprisonnée ou saisie de force » Elisabeth Rioux au mois de février 2020.

La suite de cette affaire judiciaire sera étudiée au mois de mars prochain. D'ici à cette période, Bryan McCormick ne peut pas entrer en contact avec l'entrepreneuse.

De son côté, Elisabeth Rioux se trouve au Mexique avec sa fille depuis le début du mois de décembre. Elle a mentionné à plusieurs reprises ne pas se sentir en sécurité au Québec pour le moment.

Page d'accueil