Je vous raconte une tranche de vie : jusqu’à l’automne 2018, j’habitais un beau grand 4 et demi à 690$ par mois à 10 minutes de marche du métro. J’adorais mon appartement, il était beau, lumineux, douillet… En fait, je vais remonter même avant ça : en mars 2015, je me suis séparée de mon ex. On habitait ensemble et j’ai pris une journée de congé pour faire mes boîtes. Ma technique? Tout mettre ce qui m’appartenait dans des boîtes, pièce par pièce, sans me soucier de classer. Donc, pendant les 3 ans où j’ai habité mon grand 4 et demi, j’ai eu quelques boîtes de stock non trié qui traînaient un peu partout.

Par contre, c’est cet automne-là que j’ai obtenu un poste à Vancouver. Et que toute la saga qui a suivi, eh bien, a suivi! Donc, dans mon grand 4 et demi, j’avais une pièce qui me servait de bureau et de rangement ainsi que 4 garde-robes. Je vous laisse donc imaginer le tri que j’ai fait quand je suis déménagée dans un motorisé. Meubles, vaisselle, cadres, vêtements… tout y est passé. Sauf quelques boîtes d’effets que je n’ai pas eu le temps de trier, ou alors pas pris le temps, c’est à voir. J’ai donc mis tout ça dans des boîtes que j'ai entreposées chez des proches.

Au printemps 2019, je suis revenue à Montréal d’urgence, pour des raisons familiales. J’ai donc tout remis dans des boîtes pour l’envoyer à l’autre bout du pays pendant que je prenais l’avion pour y être le plus rapidement possible. Encore une fois, les boîtes sont arrivées, mais je ne les ai pas toutes ouvertes comme j’avais acheté un condo sur plan et qu’il ne serait prêt que quelques mois (lire ici une année) plus tard.

Puis, j’ai vécu dans mes valises, à cheval entre une chambre que je louais pour me rapprocher de la job et ma chambre chez mon père, avec peu d’accès à tous mes effets personnels. En août 2020, j’étais en train de paqueter mes valises pour partir aux îles de la Madeleine le temps que mon condo soit livré, deux mois plus tard. Et j’ai été prise d’une onde de choc : j’avais trop de choses! C’était la première fois, depuis septembre 2018, que je voyais toutes mes choses réunies sous le même toit. C’était aussi la première fois où je réalisais à quel point la plupart de ces choses ne m’avaient pas servie depuis 2 ans.

Mais comment faire le tri? Par où commencer? Comment cesser d'éviter cette dernière boîte pas classée de fin de déménagement que je traînais d’un déménagement à l’autre depuis tant d’années? Je n’avais pas le choix, j’avais besoin d’aide externe. De quelqu’un qui m’aiderait à me départir de mes lacets de Dora l’exploratrice achetés en 2011 que j’avais enfilés sur mes chaussures ainsi que de mes 4 derniers téléphones. Quelqu’un qui saurait comment faire entrer mes 25 paires de chaussures et 12 sacoches dans mon condo de 349 pieds carré.

Oui, oui, vous avez bien lu. 349 pc! C’est la taille de mon studio. Après avoir habité dans un motorisé et dans mes valises pendant des années, je ne sentais pas que j’avais besoin de plus, malgré le message contraire que mes 100 boîtes m’envoyaient.

J’ai donc commencé à travailler avec Charlotte (c'est le nom de la spécialiste en désencombrement qui m'a aidée). Pandémie oblige, on a fait une partie du travail virtuellement. Mais on a commencé pendant que je faisais mes boîtes. Tsé à la fin, quand j’écrivais « Des grosses choses » sur mes boîtes parce que j’étais découragée. Eh bien, elle était là, à me demander ce qui se trouvait autour de moi et à m’aider.

Avec elle, on a placé mes épices en ordre dans ma cuisine, on a classé mes boutons et mes bobines de fils, mes bottes dans ma garde-robe, etc.

Nous n’avons pas encore terminé. Je lui ai demandé de ne pas m’abandonner avant que la dernière boîte soit classée. Celle que je garde toujours pour la fin et qui ne se classe jamais. Et je sais qu’elle sera là.

Si, vous aussi, vous voulez faire affaire avec une spécialiste du désencombrement, vous pouvez contacter Charlotte de À sa place. Ou alors, celle que vous voulez! Plusieurs personnes se spécialisent maintenant dans ce type de service, il suffit de fouiller un peu et vous trouverez!

Page d'accueil