D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours canalisé mes émotions à travers l’art, principalement avec l’écriture et le dessin. Quand j’ai atteint certains points plus bas dans ma vie, je me suis parfois laissé des messages, rangés à des places que j’allais finir par oublier, en me disant qu’un jour j’allais être rendue ailleurs et que je retomberais dessus. Bien souvent, ça fonctionne. Je retrouve une note dans un appareil électronique désuet ou dans un objet que je n’utilise pas souvent et je me souviens automatiquement de comment je me sentais en l’écrivant, comme si à l’époque je voulais m’adresser à Jany-du-futur et lui faire réaliser qu’on a survécu à une épreuve pas le fun, mais qu’on finit toujours par remonter la pente.

Ça a été le cas lors de ma première vraie rupture, qui avait été pas mal intense comme seules les premières fois peuvent l’être. Je suis retombée sur la note que je m’étais laissée, quelques années plus tard, amoureuse plus que jamais de l’homme que j’allais épouser. J’ai souri, en relisant les quelques mots sur l’écran de mon vieux cellulaire. Ça disait que je n’allais pas bien, mais que ça irait mieux, un jour. Turns out, j’avais 100% raison pis je trouvais ça beau de voir que, même lorsque j’étais complètement à terre, j’avais confiance que ma vie allait finir par être douce à nouveau.

Emotional The Office GIF - Find & Share on GIPHY

On pose souvent la question « où te vois-tu dans 5 ans? », mais moi j’aimerais ça des fois me souvenir d’où j’étais il y a 5 ans. Pas juste physiquement, mais dans ma tête aussi. Encore mieux, j’aimerais aussi savoir où était ma mère, à mon âge. Ce qu’elle vivait et à quoi elle pensait. De quoi était composé son quotidien et qu’est-ce qui la faisait le plus vibrer.

Je n’ai jamais été du genre à tenir un journal intime. J’aimerais ça, mais chaque fois que je start un « Cher journal », je trouve ça lame. Je n’ai pas envie de romancer ma vie, mais j’aimerais ça me laisser des traces d’aujourd’hui, pour que demain, je puisse me souvenir avec précision. Parce qu’on s’entend : le temps passe vite-pas-vite. On a parfois l’impression que les semaines s’éternisent ou que les jours filent à une vitesse folle, mais ce qui nous reste de tout ce temps à vivre dans le banal est très limité. Je n’arriverais pas à me souvenir de ce que j’ai mangé à un moment donné il y a deux semaines - ni de comment je me sentais, pour être franche.

I Am Not Okay With This Wyatt Oleff GIF by NETFLIX - Find & Share on GIPHY

Pourtant, plus tard, je suis certaine que j’aurai envie de partager des bribes de mon quotidien avec la nouvelle jeunesse. De leur dire comment c’était dans mon temps et d’arriver à relate avec leur réalité parce que moi aussi, je me suis déjà sentie comme ça.

Dernièrement, en magasinant, je suis tombée sur un journal différent. Il est assez volumineux, mais se répartit sur cinq ans, à raison d’une ligne par jour. J’ai trouvé le concept vraiment formidable, parce qu’il ne permet que d’y consigner l’essentiel, un concentré de la personne que je suis présentement. Une phrase par jour, c’est assez pour se souvenir, sans tomber dans les figures de style pour expliquer les moindres détails de ma journée ou de devoir m’adresser à un objet inanimé pour justifier mon discours.

Noted The Office GIF - Find & Share on GIPHY

Je vais commencer très bientôt à noircir les pages que, j’en suis sûre, je relirai plus tard en me rappelant de ma vie actuelle, parfois avec un sourire, d’autres fois avec un petit pincement au cœur. Qui sait, peut-être même que mes futurs enfants découvriront une version de moi révolue, à travers ces pages, dans un avenir proche-pas-si-proche, mais qui leur permettront de mieux saisir la personne que j’étais et qui est à l’origine de celle que je serai alors.

Note: Je me suis procuré le journal ici, même si j’aurais très bien pu faire l’exercice dans n’importe quel cahier. C’est aussi une super idée-cadeau, qui apporte un grand bien-être!  

Plus de contenu