Nous plaçons souvent les psychologues, les psychothérapeutes et les sexologues dans une position d'experts, ce qui nous empêche d'exprimer notre mécontentement ou nos opinions par moment. Imaginez un.e thérapeute qui dit des propos avec lesquels vous n'êtes pas d'accord, par exemple « lorsqu'on fait l'amour, on donne son corps à l'autre », ou « la maternité est un cadeau ». Dites-vous quelque chose ou mettez-vous ça en dessous du tapis?

Spoiler alert : non seulement vous avez le droit de vous « plaindre » de votre thérapie, mais donner du feedback à son/sa thérapeute est bénéfique pour favoriser l'alliance thérapeutique, ce qui en retour, favorise grandement les résultats de votre démarche.  

C'est assez logique quand on y pense, car le lien solide établi entre vous et le/la thérapeute inclut notamment de la confiance, de la collaboration et de l'ouverture des deux côtés. 

Certaines données montrent que 20% des gens terminent leur suivi thérapeutique de manière prématurée, souvent sans aviser leur thérapeute la raison pour laquelle ils y mettent fin.

Donc voici quelques conseils pour donner du feedback à son/sa thérapeute :

 

Soyez direct en ce qui concerne vos inquiétudes

Il arrive que les thérapeutes parlent trop, ou pas assez, identifient mal votre émotion, ou interprètent mal ce que vous avez dit. Ça arrive. Commencer une phrase par « j'aimerais revenir sur ce qu'on a dit la séance dernière concernant XYZ » est une bonne manière d'amener le sujet. 

Une étude en 2016 a démontré que 72% des gens ont menti en thérapie, que ça soit en faisant semblant d'être du même avis que leur thérapeute ou en prétendant que la thérapie leur semblait efficace. 

Il est normal et tout à fait valide de dire, par exemple « Ça fait déjà quelques mois qu'on se voit. Je sens avoir atteint un plateau. Sur quoi travaillons-nous présentement? »

Votre thérapeute parle trop de sa vie? Vous pouvez répondre en disant quelque chose du genre « Je préfère ne pas trop entendre parler de vos histoires parce que je suis ici pour travailler sur moi. »

Peut-être que vous vous êtes senti.e jugé.e suite à une réplique de votre thérapeute. C'est OK de dire « j'ai été blessé.e par ce que vous avez dit, et j'aimerais en parler avec vous. »

Donner du feedback à votre thérapeute lui permet de corriger le tir. 

 

Prêter attention à la réponse de votre thérapeute

Vous avez fait preuve de courage et d'affirmation en lui parlant de vos inquiétudes! Votre thérapeute devrait faire preuve de réceptivité face à votre commentaire. Une réponse empathique pourrait se manifester, en s'excusant pour le malentendu, par exemple. 

Certain.e.s thérapeutes ne répondent pas professionnellement à des commentaires. Votre thérapeute pourrait identifier votre intervention comme une « résistance » ou alors lier cette intervention à une problématique non résolue. Il ou elle pourrait être sur la défensive, être fâché.e ou être dans le jugement. 

Gardez en tête que les thérapeutes sont des humains, et qu'il existe autant de types de thérapeutes que de personnalités différentes dans ce monde. Choisissez quelqu'un avec qui la vibe vous inspire confiance. 

De mon côté, j'accueille les commentaires à bras grands ouverts, car ils permettent de solidifier le lien avec mes client.e.s, en plus de m'aider à m'améliorer en tant que professionnelle. Donner du feedback en thérapie est, selon moi, une opportunité pour rendre le processus plus authentique et plus profond. 

Je m’appelle Kanica Saphan, je suis sexologue et je peux répondre à vos questions sur les relations, les difficultés affectives et sexuelles. Si vous voulez me rencontrer en séance individuelle ou de couple, vous pouvez me contacter via ma page Facebook Le Sofa Sexologique. À bientôt!

Blanchard, M. et Farber, B. (2016). Lying in psychotherapy: Why and what clients don’t tell their therapist about therapy and their relationship. Counselling Psychology Quarterly, 29:1, 90-112, DOI: 10.1080/09515070.2015.1085365

Lambert M, J: Maximizing Psychotherapy Outcome beyond Evidence-Based Medicine. Psychotherapy Psychosomatics 2017;86:80-89. doi: 10.1159/000455170

Swift, J. et Greenberg, R. (2015). Premature Termination in Psychotherapy: Strategies for Engaging Clients and Improving Outcomes. Washington : American Psychological Association. 

Plus de contenu