Dans la dernière année, j’ai eu la chance d’ajouter le mot « fiancée » à ma liste de titres (eh oui, il s’est passé quelque chose de joyeux en en 2020). Les gens se fiancent et se marient depuis des siècles, mais le nombre de questions qu’avaient notre famille et nos amies à ce sujet fut impressionnant. Il faut dire que, même si les couples homosexuels sont de plus en plus visibles, ils restent presque nébuleux pour bien des gens… De plus, j’ai rarement la chance d’entendre des récits de fiançailles, et ce, tous couples confondus! Voici donc le mien, qu’il vous éclaire ou qu’il vous divertisse.

Je me souviens qu’avant de rencontrer ma douce, il y a environ 3 ans, je n’avais jamais pensé à me marier. Plusieurs y pensent depuis leur plus tendre enfance, mais ce n’était pas mon cas. La seule chose que je répétais à mes parents était : « je veux aller à l’université ». Lorsque nous sommes devenues un couple, il y a bientôt 2 ans, on a parlé de ce que l’on se souhaitait pour l’avenir et c’est là que j’ai su qu’elle n’y avait jamais pensé non plus. Quelques mois ont passé, et la possibilité de se marier et de fonder une famille se révélait plus intéressante que jamais. On a donc commencé à se questionner…

Quel est notre timeline? Est-ce qu’on se marie avant d’avoir des enfants? Qui fait la demande? Est-ce qu’on se marie dans l’année qui suit comme la tradition le veut? Bref, on avait des questions plein la tête. Après 1 an de relation, on avait décidé qu’on souhaitait se fiancer dans les 3 prochaines années et que chacune aurait droit à sa demande lorsque l’autre serait prête à lui mettre la bague au doigt. On penserait au mariage seulement après la deuxième demande, et ce, sans presse (c’est beau les plans). Voici cependant ce qui s’est réellement passé…

Au début du confinement, je suis tombée en mise à pied temporaire, et j’ai eu beaucoup de temps pour penser. Deux semaines plus tard, je magasinais la bague sur Etsy en prévision de notre fin de semaine à Rimouski au mois de juillet. En janvier, nous avions réservé un Airbnb dans sa ville natale et j’ai su rapidement que ce serait l’occasion rêvée. Ma fiancée adore l’eau et parle souvent de l’endroit qui l’a vue grandir; j’ai donc voulu lui demander sa main chez elle, à son endroit préféré, la plage. Après 6 heures de route, on s’est assises sur la plage et j’ai sorti la bague de mon sac à dos. Quelques larmes ont coulé et des mots d’amour ont été énoncés, puis, finalement, elle a dit oui! Pendant la soirée, on a mangé, on a bu et on a appelé tou.te.s ceux et celles qu’on aime pour leur apprendre la bonne nouvelle.

Le lendemain, on retourne à la plage et ma blonde me dit qu’elle souhaite faire la liste des gens qu’on inviterait à notre mariage, juste pour le fun (et je ne me rends compte de rien). À la fin de la journée, elle me dit qu’elle n’a pas vraiment envie d’attendre des années avant de commencer à planifier et qu’on devrait regarder ça tranquillement. Deux jours plus tard, on rentre à la maison et on décide de chercher des sites où l’on aimerait se marier. Trois heures plus tard, on se rend compte que, grâce à la pandémie, presque tous les mariages de 2020 sont rendus en 2021 et que si les dates ne sont pas toutes prises, les sites ne sont tout simplement pas ouverts. Après beaucoup de recherche, de stress et d’anxiété, on réserve notre salle une semaine exactement après qu’elle ait dit oui (ça, c’est de l’efficacité).

Un mois plus tard, elle me passe la bague au doigt, et même si la surprise était moindre, c’était tout aussi magique et beau. On n’a pas suivi le plan, mais je ne changerais absolument rien à ce qu’on a vécu et ce qu’on vit présentement. Dans 11 mois, j’aurai la chance d’épouser la femme de ma vie devant nos familles et ami.e.s qui sont plus qu’heureux.e.s pour nous. On se croise les doigts et on espère tout pourra avoir lieu comme prévu!

Vous avez une histoire à partager? Écrivez-nous au info@tplmag.com

Plus de contenu