Il y a plusieurs façons de grandir. On peut prendre de la maturité en devenant plus responsable. On peut grandir littéralement en gagnant des centimètres (et en espérant que ça se fasse proportionnellement). #PasFacileLaPuberté  On peut aussi grandir en gagnant de l’indépendance. Ça se fait généralement petit à petit, en obtenant des permissions, ou plus de « lousse » côté règlements de la part de nos parents. Puis, il y a les grandes étapes; la première job, le permis de conduire, la majorité… Et le premier appart. 

Dans 8h exactement, au moment d’écrire ces lignes, je vais obtenir les clés de mon premier appart, avec un bail à mon nom (et celui de mon coloc). Dans les heures qui vont suivre, j’ai littéralement une armée d’ami.e.s (merci mille fois) qui va venir m’aider à transporter mes boîtes trop remplies et mes électros de seconde main. Dans 24h, j’espère être couchée dans ma nouvelle chambre. Dans les jours qui vont suivre, je vais défaire des boîtes, en prenant en note tout ce qui me manque et ce qu’il faudra que je me procure. Puis, je prévois faire un peu de peinture par-ci, par-là. Bref, à l’intérieur de 1 semaine, j’aurai un nouveau chez-moi et un nouveau quartier à découvrir. 

Je quitte le nid familial, pour reprendre les termes de ma grand-mère. Je vais voler de mes propres ailes. Je vais vous avouer un secret (qui n’en est pas réellement un, dans le fond): je suis absolument terrifiée. Depuis plusieurs jours, je dors à peine. J’ai toute la misère du monde à me concentrer au travail. Je ne pense qu’au jour J et à la suite. Je me ronge les ongles à l’idée des pépins que je pourrais rencontrer.

J’ai l’estomac tellement noué, un scout n’arriverait pas à faire de meilleurs noeuds. Je n’ai pas juste des papillons dans le ventre, j’ai une volière au complet. Mon sang est tellement glacé d’effroi que je pourrais partir une entreprise de popsicles pour vampires. Je dois être tellement blanche de peur que je pourrais me camoufler dans la neige avec les lièvres.

Et c’est tellement excitant tout ça! Le seul mot qui me vient pour décrire mon deuxième état d’âme est que je ca-po-te. Je me considère comme une fille qui a un bon historique d’affronter ses peurs; je tue moi-même les araignées dans la maison maintenant. Je n’ai plus peur de me baigner dans une piscine le soir. #LesRequinsDePiscineÇaN’ExistePas Je dors aussi sans veilleuse de nuit depuis plusieurs années. Et j’ai été capable de parler à un crush (une fois). 

Je suis prête. Vraiment. J’ai tellement de chance; je suis bien entourée et je sais faire un vraiment bon Kraft Dinner. Le saut fait peur, mais je sens que je vais adorer le vol. L’atterrissage va sûrement se faire avec turbulences. Et j’ai vraiment hâte de casser des pots. Parce que je vais tout faire ça par moi-même, comme une grande! 

Comment vous sentiez-vous à votre premier déménagement?

Plus de contenu