Quand j’étais petite, je refusais de porter autre chose que des robes. Et pas n’importe quelles robes : il fallait qu'en pivotant sur moi-même, la jupe prenne de l’expansion autour de moi, sinon ça ne m’intéressait tout simplement pas. J’appelais ça des « robes qui tournent ». Salut le drame, quand j’ai commencé l’école et les cours d’éducation physique où j’ai dû me résigner à porter des shorts.

Ce fashion statement additionné à ma collection de rouges à lèvres et à mon vœu récurrent dans la fontaine des galeries Joliette que mes parents m’annoncent que, toute ma vie, ils m’avaient caché qu’ils étaient de la royauté (merci Le Journal d’une Princesse pour ce fantasme de mon enfance) sont de bons indicateurs que, comme bien des enfants, je rêvais d’être une princesse.

Anne Hathaway Film GIF - Find & Share on GIPHY

À un certain moment, je suis bien arrivée à la conclusion que ce n’était pas le cas. J’ai rangé ça dans la même catégorie de déceptions que mon absence de lettre de Poudlard ou que mon incapacité à déplacer les objets avec ma pensée (lucky you, Mathilda). Toutefois, comme pour me réconforter (parce que c’est ce que les mères font de mieux) ma maman me disait toujours que, peu importe ce que tu fais dans la vie, la journée de ton mariage, tu deviens une princesse d’un jour.

Je me suis mariée à 23 ans. Certains diront que c’est un peu jeune, d’autres diront que, comme pour bien des aspects de ma vie, je savais exactement ce que je voulais. La vérité, c’est que j’ai trouvé la bonne personne et que les choses ont suivi leur cours. C’est tout. Et le jour où on s’est dit « oui », devant tous nos parents et amis, c’est vrai que j’avais l’impression d’être une princesse. Sans doute parce que la vraie richesse repose sur l’amour véritable, les relations avec les gens auxquels on tient et les souvenirs qu’on se crée. #QuétaineMaisVrai

Tout ça pour dire que cette année, j’étais vraiment emballée, parce qu’on n’avait pas un, pas deux, pas trois, mais bien quatre mariages au programme, s’échelonnant de mai à octobre. Autant j’ai aimé organiser notre journée qu’aujourd’hui, je suis bien contente d’assister aux mariages des autres, parce que c’est tellement beau l’amour et que c’est pas mal moins rushant d’être seulement une invitée.

The Office Dancing GIF - Find & Share on GIPHY

Bref, en célébrant notre anniversaire, le mois passé, j’ai eu une petite pensée pour les mariages qui n’auront pas lieu, à cause de la pandémie. À ceux qui sont remis à plus tard et aux autres dont le destin est encore incertain. Ça m’a fait un petit pincement au cœur. Je ne sais pas comment j’aurais dealé avec cette situation. Parce que oui, c’est une magnifique journée, mais on s’investit tellement dans des micro-détails qu’on dirait qu’on y laisse littéralement une partie de soi. Je connaissais « ma date » un an et demi d’avance. Je comptais les dodos durant toute cette même période. J’ai écouté tellement trop de chansons d’amour pour composer la trame sonore de l’événement et passé un temps incalculable sur Pinterest pour trouver the next great thing à faire. Par moment, ça peut être limite un job à temps plein. Ça vaut la peine, à la toute fin, même si tout se déroule en un clin d’œil, littéralement.

Pis pour tout ça, c'est important de se rappeler que c’est correct d’être déçu.e, si votre mariage fait partie de ceux qui sont touchés par ce qui se passe présentement. J’entends trop souvent des gens remettre en perspective le drame des uns pour le diminuer en le comparant aux autres. Ce n’est pas un concours, you guys. C’est complètement légitime de ressentir un mix d’émotions doux-amer face à tout ça et à toute l'incertitude qui nous entoure. Y'a tellement d'anticipation, de stress, de coûts financiers, mais aussi mentaux qui se rattachent à un mariage que c'est essentiel de prendre le temps d'absorber le choc.

Je me considère chanceuse d’avoir vécu notre mariage dans un contexte pré-COVID et j’espère tellement que les choses reviennent à une quasi-normale pour tous les amoureux out there, qui veulent officialiser leur amour au cours d’une journée à leur image, avec toutes les personnes auxquelles ils tiennent. À tout.e.s les futur.e.s marié.e.s sur pause, je vous souhaite un mariage parfait, qui vous fera sentir comme une princesse (ou un prince ou peu importe ce qui vous fait feeler fabulous) parce que c’est une expérience unique qui en vaut l’attente.

Plus de contenu