Devant ou derrière la caméra, la photographie permet de vivre un moment unique en l’immortalisant à jamais. Capter une parcelle d’histoire, c’est ce que plusieurs photographes ont voulu continuer de faire durant le confinement. Différentes approches, différents styles, mais avec une même envie de briser l’isolement en allant à la rencontre de l’autre.

Voici 4 projets coups de cœur qui ont su capter notre quotidien, à deux mètres de distance, pendant cette pandémie.

 

Sara Teinturier- Portraits en confinement

Dans Rosemont et ses alentours, Sara Teinturier va à la rencontre de celui ou celle qui voudra bien prendre la pose pour son projet. Elle sait capter notre quotidien que ce soit en couple, en famille ou avec un animal de compagnie; ses photographies en noir et blanc sont magnifiques. J’ai eu la chance de rencontrer Sara et voici le résultat photographique de cette rencontre.

 

Hamza Abouelouafaa- L’impact du confinement sur la sexualité et l’intimité

Pour garconperdue, son nom d’utilisateur Instagram, la rencontre se fait via la technologie numérique, mais elle n’en est pas moins intime. Présentées sur un fond qui fait office d’autel à l’esthétique réfléchi, les photographies, comme de véritables tableaux, mettent en scène le cellulaire de l’artiste sur lequel on aperçoit le ou les modèles ainsi que le photographe à l’œuvre. Le cellulaire, au centre de l’image, devient pour le modèle un miroir devant lequel il se découvre, nous donnant accès à un fragment de son intimité avec beaucoup de douceur et de sensualité. Les séries de photos sont accompagnées de confidences sur le rapport à la sensualité, aux désirs et au corps. J’aurais bien envie d’oser l’expérience, et vous?

View this post on Instagram

⁣Série sur notre rapport à l’intimité et à la sexualité en confinement. ⠀ ⠀ ~Témoignages aléatoires~ . . 🍇 : Nous avons beaucoup de chance – nous n'avons pas été séparés par le confinement. Nous nous retrouvons donc tous deux ensemble à la maison (avec nos enfants respectifs qui sont aussi à la maison!) ce qui nous donne fort agréablement plus de temps pour notre intimité. Ça crée aussi toutes sortes de situations évidemment cocasses – comme de se faire aléatoirement interrompre par des "J'ai tué un mammouth!" "Viens, papa, viiieeeens" "Mam, j'ai 5 gigabytes!" ⠀ ⠀ ⠀ 🍋: J’ai toujours habité seul en appartement donc je suis habitué à la solitude. Loin de ma copine, ça rends la situation vraiment difficile. J'ai hâte de rattraper le temps perdu et de faire compter chaque seconde.⠀ ⠀ ⠀ 🥭: Confinée toute seule chez moi, mes besoins intimes restent les mêmes qu’avant. Je continue de rechercher la connexion et la sensualité. Il faut juste être un peu plus créative et je trouve ça vraiment amusant.⠀ ⠀ ⠀ 🍊: à ce qui paraît la pisse dans le bain est importante c’est une figure simple je suis moi même capable le plus souvent chez moi puisque je suis chez moi le plus souvent possible à noter l’arbre généalogique des champignons des petites crevasses surtout la mienne que je ressens dans son état et par là je veux dire que je me dissémine toujours quelque part. ⠀ ⠀ ⠀ 🍏: J’espère, j’attends ce jour où l’on se frôlera sans méfiance. . 🍈: My intimacy has become really soft and tender, in a way that I have more time to feel into myself and create more meaningful and perhaps nurturing relationships with my body and how I spend time feeling pleasure. I miss the touch of others, but I feel this time can also be a new time of self-discovery and creation ⠀ ⠀ ⠀ 🍊🍊: Le fait de passer autant de temps toute seule me permet d'explorer davantage ma sexualité. J'essaie de nouvelles techniques de masturbation, je prends plus mon temps, j'éprouve plus de plaisir. Overall c'est great, même si je suis horny tout le temps. J'ai commencé à échanger des nudes avec mes partenaires (de confiance évidemment) et c'est une bonne manière pour moi de redéfinir le sexe.⠀ ⠀ ⠀

A post shared by Hamza Abouelouafaa (@garconperdue) on

 

Cassandra Cacheiro- Deux mètres

Cassandra Cacheiro, une des cofondatrices de The Womanhood Project, propose sa série de portraits Deux mètres. Dès le début du confinement, armée de sa caméra argentique, elle se promène dans différents quartiers montréalais pour immortaliser les gens devant leur demeure. Puisqu’il s’agit d’un film 35mm, elle ne prendra que quelques clichés et devra attendre de terminer chaque pellicule pour découvrir et nous faire découvrir son travail. J’ai reçu la visite de Cassandra et j’ai bien hâte de voir ce qui en résultera.

View this post on Instagram

Réjean et Lorraine #deuxmetres

A post shared by Deux Mètres (@deuxmetres_) on

 

Eric McCarthy- Covid-19 Le retour à la vie normale

Eric McCarthy demande aux personnes qu’il photographie la question suivante: qu’avez-vous hâte de faire? Les modèles écrivent leurs réponses sur une pancarte qui les accompagnera sur la photo. Certaines réponses sont plutôt attendues, tandis que d’autres nous surprendront ou nous feront sourire. Des photographies en noir et blanc qui, avec cette touche de confidences, sont très touchantes.

Posted by Eric Mccarty on Saturday, May 9, 2020

Le confinement fait en sorte que nous n’avons pas été chez le coiffeur ou l’esthéticienne dernièrement, mais les photos au naturel sont mes préférées. Je trouve qu’avec tout ce qui nous arrive, c’est le moment idéal pour se donner de la douceur et se célébrer sans artifices, un portrait confiné à la fois.

En profiterez-vous pour vous faire tirer le portrait?

Plus de contenu