Courrier de la vie adulte: Comment parler de poids avec ma mère?

Crédit photo: Pexels

La chronique « Courrier de la vie adulte » est écrite par Andrée-Anne et sa mère, Andrée, et tente de répondre à des questions propres à la vie d’adulte. Tu as une question que tu ne veux ou ne peux pas poser à ta mère? Demande à la mienne! 

 

Cette fois-ci, on aborde une question délicate; celle du poids. Même si notre poids ne regarde que nous-mêmes, il semblerait que plusieurs personnes - dont nos mamans - trouvent souvent quelque chose à en dire. On n'y échappe malheureusement pas, alors en attendant de vivre dans un monde parfait où tout le monde se mêle de ses affaires, on fait quoi? Voici ce qu'en pense ma maman!

 

« J’ai pris du poids, et c’est tout dont ma mère me parle! Comment lui faire comprendre que ce n’est pas ce dont j’ai besoin? » 

Comment lui faire comprendre que ses conseils et remarques me blessent, et que je cherche plutôt à m’accepter comme je suis et pas à me conformer aveuglément - et en mettant ma santé en danger avec un cycle infernal de régimes restrictifs - à ce que la société voudrait que je sois?

 

Pour commencer, peu importe le sujet, il n’est pas facile d’arrêter quelqu’un de vouloir aider, de conseiller selon son schème de valeurs, ses expériences et ses compétences :  que l’on veuille ou non ces conseils (ou qu'ils nous aident réellement ou non)! Et pour les parents, c’est encore pire : difficile de les sortir de ce rôle de protection si bien ancré dans leurs gènes et leur expérience.  En général (oui, les parents toxiques existent, mais espérons qu'ils ne sont pas majoritaires), les conseils partent d'une bonne intention et visent à aider. Et c’est là qu’une bonne discussion s’impose!

Vous nous direz que cette solution n’est pas très originale, mais quand on ne règle pas les divergences, elles ne disparaissent pas et en viennent souvent à prendre plus de place.

Votre mère ou parent a besoin d’entendre votre point de vue et votre réflexion personnelle; vous devez faire preuve de clarté, et si vous sentez que vous ne pouvez pas lui en parler ouvertement, peut-être lui suggérer quelques lectures qui parlent de la culture des régimes? Ou encore une baladodiffusion? Bref, peu importe qu’elle soit d’accord ou pas avec votre manière de voir les choses, le fait de comprendre votre position (et vous, la sienne) devrait pouvoir dépersonnaliser la discussion et (on l’espère!) clore le sujet!

En fait, peu importe le sujet (poids, finances, enfants, hypothèque) il est important de rafraîchir les paramètres de votre relation parent-enfant en tant qu’adulte. Pour y arriver, la première étape est que vous réfléchissiez à vos attentes face à votre parent dans le futur, et la deuxième étape est que vos attentes soient communiquées clairement.

C’est probable qu’il faudra les répéter plusieurs fois avant que votre parent comprenne les nouveaux paramètres! On sort difficilement d’habitudes ancrées aussi profondément qu’une relation parent-enfant (et de standards de beauté ou d'une culture des régimes très profondément ancrés, eux aussi).

Pas facile pour une mère de lâcher prise, mais ça, ça pourrait facilement faire l’objet de plusieurs articles!

 

NDLR: Évidemment, si votre parent refuse de vous écouter ou s'ille ne fait que des remarques dans le but de vous blesser, vous n'êtes pas responsable de régler la situation; vous n'êtes pas le problème. Les parents toxiques existent (malheureusement) et vous avez tout à fait le droit de refuser des discussions qui ne mènent à rien par manque d'ouverture. Cet article offre une piste de solution pour les personnes dont les parents sont ouverts à la discussion et doivent tout simplement (même si c'est tout sauf simple) faire le travail de déconstruire leurs croyances et préjugés face aux standards de beauté, au poids et à la culture des régimes. 

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES