Au début de la vingtaine, je fréquentais un gars un peu plus aventurier que moi dans la chambre à coucher. C’est avec lui que j’ai appris à vraiment m’amuser avec la sexualité, à me lâcher lousse, à explorer mes zones érogènes… et c’est aussi avec lui que j’ai découvert le vrai plaisir des jouets sexuels. J’avais déjà un vibrateur, mais je l’utilisais très peu… jusqu’à ce qu’il me suggère de l’intégrer à nos ébats. Oh? J’étais curieuse… et rapidement conquise.

Tout au long de notre fréquentation, nous avons donc eu tout plein de plaisir à trois - lui, moi et un jouet. C’est devenu normal, voire naturel, de le sortir lorsqu’on en avait envie. Et lorsque nous avons mis fin à notre fréquentation, cette nouvelle habitude sexy est restée pour moi. Ça n’a jamais posé problème avec mes copains ou mes fréquentations (au contraire, ils trouvaient ça très excitant, eux aussi), jusqu’à aujourd’hui.

Mon copain actuel est complètement fermé à l’idée; c’est un non catégorique, il ne veut pas qu’on invite les jouets sexuels dans nos ébats. Un peu énervé, il m’a même avoué qu’il ne comprend pas pourquoi je veux les garder alors que je suis en couple avec lui; il veut que ces objets restent enfermés bien loin au fond du placard et si la décision ne dépendait que de lui, il s’en débarrasserait pour de bon. 

J’ai d’abord été surprise de sa réaction; c’était la première fois qu’un gars réagissait comme ça. J’ai donc voulu comprendre; j’ai engagé une conversation avec lui, j’ai cherché à savoir pourquoi il réagissait aussi intensément. Il est demeuré évasif, avec des réponses telles que « ce n’est pas naturel » et « c’est quoi, je ne suis pas assez bon? ». Au fil de la discussion, j’ai donc compris que quelque part, au fond de lui, il se sentait menacé par ma demande; mes jouets sexuels le complexent. 

J’ai donc bien pris soin de lui expliquer que j’adore notre vie sexuelle et de le rassurer sur ses « performances » (je déteste ce mot, la sexualité ne devrait pas être une question de performance, mais bon, c’est le terme qu’il emploie lui-même dans nos discussions). J’ai voulu lui faire comprendre que les jouets sexuels ne sont qu’un petit plus pour qu’on s’amuse ensemble. Mais rien à faire; il ne peut pas l’accepter.

Évidemment, je ne veux pas le forcer à faire quelque chose s’il n’est pas à l’aise. Je suis un peu déçue de son refus, mais ce qui me déçoit le plus, c’est qu’il se sente menacé par ces petits objets sans malice. Ce sont juste des jouets sexuels, je ne comprends sincèrement pas pourquoi il en fait toute une histoire. Je vais respecter son refus, mais j’aimerais tellement comprendre comment - et pourquoi - des jouets sexuels peuvent foutre des complexes à un gars qui n’a pourtant aucune raison de s’en faire. Je suis confuse…

Avez-vous déjà vécu une situation similaire?

Vous avez une histoire à partager? Écrivez-nous au info@tplmag.com

Plus de contenu