La dernière fois où j’ai parlé de ma vie amoureuse, j’étais sur le point d’amorcer une pause. Je comptais prendre un moment pour me poser. On s’entend-tu que j’en ai du temps pour me poser, en ce moment?

J’avais même prévu assister à un événement de speed dating histoire de sortir des sentiers battus. Comme un peu tout ce qui était à mon agenda, ç’a été annulé! L’entreprise est cependant arrivée avec une idée tout à fait inusitée et intéressante : un speed dating virtuel. Un peu sceptique, j’ai tout de même décidé d’embarquer dans le jeu. Parce que de toute façon, ma vie est annulée au grand complet ces temps-ci.

L’avantage de tous les trucs virtuels, c’est qu’on a juste besoin de se mettre beau du haut. Donc, avec mon veston, mon rouge à lèvres et mes leggings, je me suis fait une bonne tisane et je me suis connectée. La première date a été la plus intimidante. Ensuite, ç’a glissé comme dans du beurre. Chaque 5-10 minutes, je rencontrais une nouvelle personne. Et c’est très intime de rencontrer quelqu’un dans le confort de son foyer; on voit un peu comment l’autre vit et comment il est.

Je dois dire que c’est aussi spécial, dans le contexte actuel, de jaser de tout et de rien, comme si la vie continuait normalement. De parler de nos hobbies et de ce qu’on aime faire.

L’expérience en tant que telle: j’ai adoré. J’ai pu oublier, le temps d’une soirée, que j’étais prise chez moi. J’ai pu renouer avec une vie quasi normale et lâcher mon fou. Dans un contexte comme celui qu’on vit, cela m’a fait énormément de bien! Je recommencerai assurément!

D’ailleurs, actuellement, je sors des sentiers battus pour ma recherche d’amant éventuel (d’après pandémie, ne vous inquiétez pas); pas vraiment le choix, hein? Donc, je me donne du temps pour apprendre à connaître l’autre (ou les autres) avant de passer au plan physique. Je remarque que peut-être que c’est cette connexion mentale dont j’avais besoin pour arriver à établir une relation; cette capacité à tenir une conversation, à se soutenir dans une épreuve qu’on vit tous les deux et cette proximité intellectuelle.

Peut-être que c’est aussi de ce moment de recul dont j’avais besoin pour me questionner sur ce que je recherche dans une relation plutôt que de prendre mes petits trous dans mon horaire pour dater à gauche et à droite.

Une chose est certaine : je me permets de prendre ce moment pour prendre mon temps. Pour suivre mon instinct et surtout, mon mot d’ordre pour cette année : #SlowToute.

Plus de contenu