J’ai peur pour ces femmes qui sont prises 24/7 avec leur tortionnaire. Sans air, sans pause de ces êtres nuisibles. Isolées. Après plus d’une semaine de quarantaine, on confirme une hausse de 15 % des appels pour violence conjugale. Qu’est-ce que ce sera, dans une semaine encore? Ou dans deux, trois, quatre autres semaines? 

Non seulement la COVID-19 rend malade, tue et insécurise des millions d’âmes, mais elle terrorise de plus en plus de femmes. Ces femmes qui ont tous les droits du monde de se sentir en sécurité chez elles, et ce, à toute heure du jour et de la nuit.

« Une femme pouvait dans la journée ne pas voir son conjoint. Là il peut être à la maison tout le temps. Cela pourrait aussi amener une croissance du taux de violence », note Anuradha Dugal (directrice principale d’initiatives communautaires et politiques à la Fondation canadienne des femmes)

Source : Journal Métro

Cette hausse de violence amène, dans le contexte, un plus grand découragement des femmes à quitter leur foyer : possibilités limitées de s’enfuir, peur de sortir en temps de contagion, insécurité financière accrue.

Ou, la croyance selon laquelle les ressources d’aide ne sont actuellement pas disponibles. Au contraire, sachez qu’elles le sont. Ces services sont essentiels et ne sont pas près de disparaître. Ils sont là pour vous, en tout temps. Plusieurs ressources publient présentement des messages sur les plateformes sociales pour rappeler que même en période d'isolement ordonné par le gouvernement, les femmes victimes de violence peuvent fuir leur foyer et avoir accès à de l'aide.

Si vous êtes victime de violence conjugale, vous n’êtes pas seule. Si vous croyez qu’une femme dans votre entourage est victime de violence conjugale, vous n’êtes pas seule non plus. 

Dans les deux cas, appelez ou textez SOS violence conjugale au 1 800 363-9010, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. 

 

Maison de Lina : 450-962-8085Maison Le Prélude : 450-682-3050Maison L’Esther : 450-963-6161SOS Violence conjugale : 1-800-363-9010

Posted by TCVCASL on Friday, March 20, 2020

Soyons là les unes pour les autres, même en période de crise.   

Ne restons pas silencieuses.

Plus de contenu