J’étais quand même contente en sortant de la salle de cinéma. Je n’avais aucune attente, mais c’était un bon film, 1917. J’ai toujours apprécié les « films de guerre ». Mais, je parle de ceux qui mettent l’humain à l’avant-plan, pas les fusils et les explosions. Le facteur humain est la base de la guerre, que ce soit du côté des décisions politiques prises par les puissants sur l’échiquier mondial, ou du côté des « unités », ces pions aux couleurs différentes qui se font déplacer selon le bon vouloir de ceux qui ne se saliront pas les mains. Parfois, une unité (ou plusieurs), grâce à l’amour, la fraternité et le courage, s’extirpe de l’échiquier et mène un ultime combat : celui pour la solidarité humaine.

Voici mes meilleures suggestions pour vous arracher une ou plusieurs larmes, vous faire enfoncer les ongles dans le genou de votre partenaire ou encore vous donner le goût de partir une pétition pour la paix universelle.

BAND OF BROTHERS (2001)

Je suis toujours méfiante quand une œuvre semble transpirer de la testostérone boostée au patriotisme américain à grosses gouttes… Mais, je fais bien de ne pas toujours me fier à la bande-annonce!

Ici, il s’agit d’une brillante minisérie absolument bouleversante de réalisme et d’humanité, campée en pleine Seconde Guerre mondiale. L’humble situation de cette « bande de frères » nous fait inévitablement comprendre la portée de cette expression.

C’est réaliste, froid et dur, à l’image de ce que ça devait être.

Crédit:Crédit: Band of Brothers via IMDb

 

DUNKIRK (2017)

Je sais que ce film ne plaira pas à tous. Il est très différent de ce qui est typiquement attendu des films de guerre. Je le classerais du côté des « suspenses » avant de le mettre dans la section « action ».

La trame sonore signée Hans Zimmer glace le sang alors que se referme lentement, mais sûrement, l’ennemi sur les troupes alliées confinées à une plage déserte, sans vivres.

C’est une œuvre d’art, en mettant l’accent sur le mot « art ». L’image, le son et l’action sont d’égale qualité et puissance.

 

LETTERS FROM IWO JIMA (2006)

Parce que ça fait toujours du bien d’avoir un point de vue non occidental. Okay, c’est un film de Clint Eastwood, mais la perspective japonaise de la Seconde Guerre mondiale semble bien délivrée, pour ce que j’en sais. Touchant et éclairant. L’ « ennemi » est bien souvent une invention préfabriquée pour faciliter des assassinats planifiés.

 

JARHEAD (2005) et JACOB’S LADDER (1990)

Vous souhaitez vous initier au syndrome du choc post-traumatique en contexte de guerre? Dans le premier, ce sont les conséquences des dommages collatéraux qui hantent les soldats de la Guerre du Golfe. Dans le second, les horreurs vécues au Vietnam hantent « littéralement » ces vétérans qui tentent de retrouver une vie « normale ». Histoires bouleversantes et vécues.

 

HACKSAW RIDGE (2016)

Encore ici, j’avais tellement de réserves! Après avoir vu la bande-annonce, on a dû me forcer à l’écouter. Mais wow! Je m’attendais à quelque chose de tellement quétaine et rempli de morale judéo-chrétienne, avec ce mec qui va à la guerre en refusant de prendre une arme… Mais non. C’était juste beau. Le film apporte une réflexion différente sur la guerre.

Je n’ai pas vu tous les films ayant pour thème la guerre, et oui, j’en mettrais bien d’autres plus populaires – comme Il faut sauver le soldat Ryan et Braveheart ou encore Le pianiste et La liste de Schindler dans cette liste, mais je crois que ces deux derniers mériteraient plutôt de se retrouver dans une prochaine liste à part entière : les meilleurs films sur la Shoah…

À suivre!

Plus de contenu