Comme vous le savez peut-être déjà, les violences sexuelles et conjugale sont de véritables fléaux dans notre société. On sait en effet qu'un quart des femmes subira de la violence sexuelle au cours de sa vie. Se remettre d'une telle épreuve est terriblement difficile et il y a encore trop peu de moyens qui sont mis en place afin d'aider les victimes qui doivent surmonter une douleur physique et émotionnelle. C'est pourquoi lorsqu'un projet de loi a pour but d'aider les victimes de ces violences, on se doit de saluer l'initiative.

C'est la Colombie-Britannique qui a récemment proposé un projet de loi afin de permettre aux victimes de violence sexuelle et conjugale d'avoir jusqu'à 5 jours de congés payés, sans avoir à fournir de preuves ou de rapport de police. Ce que ces personnes ont vécues est déjà terriblement douloureux, il n'est pas nécessaire d'en rajouter en les privant de leur salaire pendant qu'elles se remettent de leurs séquelles. C'est le Nouveau Parti Démocratique (NPD) au pouvoir qui a proposé ce projet de loi qui viendrait modifier la Loi sur les normes d’emploi qui permet actuellement aux victimes d'obtenir 10 jours de congés sans solde.

« Au cours de mes 38 années de travail dans ce domaine, j'ai connu trop de personnes y ayant survécu qui ont perdu leur emploi simplement parce qu'elles avaient besoin de s'absenter quelques jours pour surmonter les séquelles de la violence » a révélé Tracy Porteous, directrice générale de l'Association pour mettre fin à la violence de la Colombie-Britannique via ICI Radio-Canada.

Le projet de loi n'a pas encore été adopté, mais on espère fortement qu'il le sera sous peu et on aimerait bien que plus de mesures soient mises en place pour les victimes de violence sexuelle et conjugale au Québec également!

Que pensez-vous de cette initiative?

Source: ICI Radio-Canada

Plus de contenu