Avez-vous déjà considéré faire des périodes de sobriété? C’est ce que j’ai fait. Au départ, je me suis lancé le défi d'être sobre pour 60 jours; du 1er janvier au 1er mars. J'avoue que je trouve cela difficile de ne pas boire d’alcool. Je ne suis pas alcoolique, je n’ai pas d’alcoolisme dans ma famille ni un problème de santé. C’est simplement que j’ai l’impression que tout est une raison de boire dans ma vie. J’ai eu envie de briser cette tendance avec mon défi, mais finalement, il s'est arrêté le 13 février après 44 jours de sobriété.

Je suis un peu déçue de ne pas avoir réussi à faire un réel 60 jours sans alcool, mais en même temps, j’étais tannée de me priver. Je ne bois pas à tous les jours ni de grandes quantités. Mais un petit verre de vin par ci et par là plusieurs fois par semaine, oui. On ne se rend pas compte de la quantité d’alcool que l’on ingère avant de choisir d’être sobre. C’est à ce moment qu’on réalise à quel point l’on boit souvent, sans s’en rendre compte. Aussi, j'avoue que je me suis laissée influencer par mes pairs et c'est là que j'ai flanché.

 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par KARINE ST-MICHEL (@karinestmichel_) le

Pourquoi j’ai décidé d’arrêter de boire pour 60 jours?

L’alcool me permet de me détendre rapidement, mais je n’ai pas envie que mon cerveau et mon corps associent la détente avec un élément extérieur. J’avais envie de trouver mes propres outils pour me détendre par moi-même.

En plus, je sais bien que boire de l’alcool trop souvent, ce n’est pas bon pour la santé. L’alcool peut provoquer ou empirer toutes sortes de problèmes de santé, notamment parce qu'il est irritant pour les intestins mauvais pour le foie.

J'avais aussi envie de dormir mieux! L’alcool perturbe notre cycle de sommeil, ce qui fait en sorte que nous sommes moins reposé.e.s les jours après en avoir consommé.

Aussi, je ne voulais plus vivre de hangover où je ne me rappelle pas de la moitié de ma soirée. J’avais honte de ce que j’avais pu faire ou dire. Je n’ai déjà aucun filtre à jeun, alors vous pouvez bien imaginer que lorsque je suis un peu pompette, je peux être malaisante et maladroite.

 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par KARINE ST-MICHEL (@karinestmichel_) le

Qu’est-ce qui a changé chez moi depuis quand j’ai arrêté de boire?

Le premier impact - et le plus important - est que j'étais beaucoup plus motivée. Je sentais que j’avais plus d’énergie et de motivation pour entreprendre mes projets et mes activités. C’est en arrêtant que j'ai réalisé à quel point le fait de boire régulièrement me draine.

Ma peau était beaucoup plus belle. J’ai une peau sèche et sensible, en plus d’avoir fréquemment des dermatites. Mes dermatites ont disparu après une dizaine de jours sans alcool. J’avais aussi l’impression que ma peau était plus claire et rayonnante.

Par contre, j'avoue que j'étais moins détendue. Je réalise que je dois me trouver des moyens de me détendre différemment qu’en buvant avec mes amis. Mais j’ai énormément de difficulté à faire ralentir mon cerveau afin de me relaxer lorsque je ne bois pas du tout.

J’avais l’impression d’être moins créative. Mais ça, c’est directement relié au fait que j'étais moins détendue. Plus je suis détendue et plus je suis créative.

En conclusion...

En conclusion, ça en vaut totalement la peine. J’apprécie la sérénité que m’apporte la sobriété. Je pense que c'est un exercice intéressant à faire au moins une fois dans une vie pour se poser des questions et voir ce que ça change pour nous dans notre quotidien. Peut-être pas 60 jours, mais un petit 30-40 jours, c’est parfait!

Allez-vous essayer une période de sobriété?

Page d'accueil