Depuis que je suis toute jeune, ma mère me répète souvent que les bons comptes font les bons amis. J’ai entendu cette phrase des milliers de fois, et ce, dans toutes sortes de contextes. Sans trop l’analyser, j’ai commencé à mon tour à l'utiliser. Mais ce n’est que tout récemment que cette expression a pris tout son sens. Parce que oui, les mauvais comptes font parfois les moins bons amis.

Pas évident lorsqu’un.e ami.e nous doit de l’argent. Parce qu’à la base, on ne veut que bien faire. Pourquoi je ne lui avancerais pas son billet d’avion pour pouvoir partir en voyage ensemble? C’est un maudit bon deal, faudrait pas manquer ça! Pis c’est un.e de mes best, alors comment ça pourrait mal virer? En plus, j’ai l’argent dans mon compte, ça serait presque niaiseux de refuser.

Bon, l’histoire pourrait finir là. Partir en voyage, avoir the time of our lives, revenir au Québec, ravoir l’argent. That’s it, that's all, on n’en parle plus.

Mais le problème, c’est qu’il suffit de prêter une seule fois pour finir par se transformer peu à peu en une machine ATM. C’est certain que d’un point de vue extérieur, c’est facile de se dire qu’on a juste à refuser d’avancer l’argent, mais parfois, c’est plus complexe que ça.

Quand il est question de loyer par exemple, avancer la partie de son/sa coloc est assez nécessaire si on ne veut pas de problèmes avec son/sa propriétaire.

Tranquillement, pas vite, la somme augmente. Et plus le montant s'accroît, moins on entend parler de remboursement. C’est à ce moment qu’on commence à se dire: « Woh minute papillon, j’aimerais bien ça moi, ravoir mes sous. »

Mais ce n’est pas toujours tâche facile de mettre son pied à terre et de demander de se faire payer.  Parce qu'en premier lieu, si la personne nous a demandé de l’argent, c’est qu’elle en manquait. Un peu laborieux de redonner quand on n'en a pas assez. Et puisque c’est un.e ami.e, on ne veut tout de même pas le/la mettre encore plus dans le trou non plus.

Mais ça devient difficile de séparer amitié et problème financier. Parce que même si on se dit que c’est juste de l’argent, qu’il y a donc bien plus important que ça dans la vie, reste qu’on a travaillé pour avoir cet argent. Et que quelques centaines ou même milliers de dollars, ça parait au bout du compte.  La frustration de ne pas ravoir son argent peut facilement finir par avoir le dessus sur l’amitié qui nous lie à cette personne.

Mais au final, l’important c’est de communiquer. Ça peut éviter bien des conflits! Même si c’est délicat, vaut toujours mieux mettre cartes sur table. Quel dommage ce serait de perdre une belle amitié au détriment de l’argent.  Alors pourquoi ne pas proposer un moyen de remboursement qui satisfait les deux principaux intéressés? Plusieurs options sont possibles. Il suffit simplement de trouver celle qui vous convient.

Évitez-vous de prêter de l'argent à vos ami.e.s?

Plus de contenu