J’ai tenté d’écrire un livre en un mois et voici ce que ça a donné

Crédit photo: Pexels

Que ce soit de la fiction ou des textes personnels, j’aime écrire. Je vis un vrai bon moment lorsque je tape sur un clavier pour noircir une page blanche à l’écran sauf quand c’est une cochonnerie de travail d’équipe sur un sujet plate. Après mes études, j’ai pu reconnecter avec l’écriture et réapprendre à composer des trucs pour moi. Je le fais ici, mais je le fais aussi de manière plus personnelle, quand le cœur m’en dit.

C’est pour ça que j’étais pas mal emballée quand ma meilleure amie m’a demandé de faire le NaNoWriMo challenge avec elle. Je n’avais aucune idée de ce que c’était, mais après explications, ça m’a tout de suite accrochée comme concept.

Le NaNoWriMo, qui est un acronyme de National Novel Writing Month, consiste à pondre un manuscrit de 50 000 mots en un mois, habituellement en novembre. Il existe un bootcamp pour s’y préparer, des communautés en ligne et tout un tas d’outils pour vivre l’expérience le mieux possible. À la fin du mois, le but n’est pas d’avoir un récit parfait, mais bien une première ébauche à travailler par la suite.

Hilarious Kermit The Frog GIF - Find & Share on GIPHY

Je me sentais vraiment d’attaque pour ce défi. Ma préparation avait super bien été, j’avais tout étalé les moments forts de mon histoire : 1er novembre, j’étais prête. J’avais décidé d’écrire un peu chaque jour, pour me permettre de pouvoir compenser facilement si je ne pouvais pas m’y mettre un moment donné. 50 000 mots en un mois, c’est 1667 mots par jour. Quand toutes les conditions sont réunies, j’arrive à produire 1000 mots par heure. Ça s’annonçait donc comme réaliste.

Pourtant, est-ce que j’ai écrit un livre au cours de mois de novembre? Ben non. J’ai réussi à keep up mon nombre de mots pendant une semaine, une semaine et demie, pis après la vie m’a rattrapée. 1667 mots par jour, c’est aussi 11 669 mots de retard si t’as une semaine trop chargée pour écrire. Ça monte assez vite qu’un moment donné, tu le sais que tu ne rattraperas pas le temps perdu.

Procrastination Essay GIF - Find & Share on GIPHY

Je ne considère pas ça comme un échec. Au contraire. Cette expérience m’a fait réaliser beaucoup de choses. Trois particulièrement importantes parmi le lot. Premièrement: j’aime vraiment écrire. Le temps que j’ai passé sur ce projet-là, c’est du temps que je prenais pour moi et ça m’a fait tellement de bien.

Deuxièmement: je me suis rendu compte que je suis épuisée. Même si je ne suis pas toujours à l’écoute de mon corps, m’imposer de faire une tâche qui nécessite du jus de cerveau par-dessus mon quotidien, ça m’a fait comprendre qu’il faut que je prenne plus de temps pour moi. Que je mette mes limites quant aux heures supplémentaires que je fais et que je parvienne à réintégrer autre chose que l’écoute d’OD à mes soirs de semaine. (J’en profite pour lever mon chapeau à tous les étudiants, en pleine fin de session qui travaillent et qui doivent quand même rédiger une shitload de travaux avec toute la pression et l’angoisse que ça représente. Vous êtes des warriors.)

Troisièmement – last but not least – c’est correct de ne pas réussir à écrire 50 000 mots en un mois. Quand je parlais de ce projet avec mon entourage, tout le monde me demandait « ouin, mais si tu n'y arrives pas, il se passe quoi? ». Il ne se passe rien, guys. Ce qui est beau avec ce défi-là, c’est que tu le fais pour toi. Pour toi et seulement avec toi.

Bref, je vais m’y remettre, je vais finir l’histoire que j’ai commencée parce que c’est important pour moi de continuer de m’épanouir par l’écriture. Pis l’année prochaine, je vais juste être encore plus prête pour tenter de relever le challenge!

Pour tout savoir sur le NaNoWriMo - et, mettons, embarquer avec moi l'année prochaine - cliquez ici.

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES