J’ai fait une dépression il y a quelques mois. J’en conserve encore des vestiges, mais ce n’est certainement pas aussi pire que ce l’était. Une chose est claire cependant, je ne veux pas retomber dans cette noirceur, une noirceur qui m’amenait à remettre en question le sens de la vie. Malgré tout, je commence à ressentir des signes qui m’indiquent que si je ne prends pas soin de moi maintenant, je pourrais glisser à nouveau vers les ténèbres. Mais comment on fait ça, prendre soin de soi, lorsqu’on a une autre voix dans notre tête qui nous demande de rester fort?

Dans le titre, je me dépeins comme un pilier, mais en fait, ce que je veux dire, c’est que souvent par mon métier d’intervenante, c’est sur moi qu’on s’appuie pour recevoir de l’aide. J’y prends encore plaisir, mais par moment, j’ai envie de dire : « Mais qui m’aide, moi? » Ce n’est pas que je n’ai personne autour de moi, mais on dirait que je n’arrive pas à faire confiance aux autres, ou plutôt, je ne me fais pas confiance à moi-même.

En effet, j’ai l’impression que je vais être repoussante si je me montre vulnérable. D’ailleurs, je me suis isolée durant ma dépression, car je ne voulais pas que quiconque me voit dans cet état et surtout, je ne voulais pas demander de l’aide aux gens, car je sentais que je ne le méritais pas, moi qui n’avais plus d’énergie pour eux. Ça se maintient encore maintenant : j’ai tendance à moins voir de gens quand je vais moins bien, car je sens que je n’ai pas la force d’être là pour eux, mais ça fait que je me sens si seule avec ce que je vis. En fait, je fais tout le contraire de ce que je dirais à mes clients … Cordonnier mal chaussé, comme on dit!

Quoi qu’il en soit ,ce soir, j’ai senti les signaux m’appelant à prendre soin de moi et j’ai décidé de les écouter. Mes signaux à moi sont : cette petite boule à l’intérieur, cette envie de pleurer, cette impression d’être si seule, une tendance à procrastiner, un sentiment de colère envers mon entourage, car je ne sens pas qu’il prend soin de moi comme je l’aimerais…

Eh bien, ce soir, j’ai décidé d’écrire et d’écouter une série plutôt que de faire le ménage ou de travailler sur des trucs professionnels dans lesquels j’ai pris du retard. De toute façon, je n’avançais pas… Et vous savez pourquoi? J’ai l’impression que c’est parce que je n’écoute pas la partie de moi qui se dit « Hey, prends soin de moi, et arrête-toi un peu », alors elle utilise tous les moyens, incluant la démotivation, pour se faire entendre!

Je voulais avancer mon ménage et travailler afin d’effacer la partie en moi qui se sent si peu efficace, si « pas bonne » et qui attend d’être fière de moi… Mais il n’y a aucun produit ménager qui peut effacer ça, pas même du Monsieur Net! C’est à moi de prendre le temps d’apprécier tout ce que je fais dans une journée et de diminuer un peu mes attentes. En tout cas, c’est ce que je dirais à ma meilleure amie si elle se traitait de la sorte. Alors, à mon tour de prendre soin de moi comme je prendrais soin des autres. Je vais aussi tenter de garder en tête ce qui vient de se passer ce soir afin que ce soit une règle plutôt qu’une exception à la règle.

Est-ce que vous ressentez aussi des signaux vous indiquant de prendre soin de vous? Si oui, allez vous les écouter, et surtout de quelle façon?

Vous avez une histoire à partager? Écrivez-nous via info@tplmag.com

Plus de contenu