Cher serveur, je te demande pardon pour mon impatience inutile

Crédit photo: Pixabay Cher serveur, je te demande pardon pour mon impatience inutile

J’avoue, la patience ne fait pas partie de mes premières qualités. D’ailleurs, mon chum est là pour me le rappeler de temps en temps… Cela dit, je vous jure que je travaille là-dessus! Y’a quelques semaines, j’ai été impatiente pour (absolument) rien et c’est l’une des fois où je me suis sentie le plus cheap. Laissez-moi quelques minutes pour vous raconter… Qui sait, peut-être que, comme moi, vous avez besoin d’être un peu plus indulgent.e.s avec les autres!

La p’tite histoire

En octobre passé, j’étais en roadtrip en Italie avec mon amoureux et mes parents. Sur la route, j’ouvre mon Tripadvisor pour dénicher un resto dans le coin. J’en trouve un avec d’excellents reviews, ça fait qu’on s’y rend.

On arrive à notre table et déjà, je trouve le serveur un peu lent et mêlé. Il ne semble pas comprendre la commande qu’on essaie de lui partager. Détail important ici : je lui explique avec l’italien d’un enfant de 5 ans.

Naturellement, à force d’essayer de lui faire comprendre, je commence à sentir le fameux feu de mon agacement se frayer un chemin dans mon attitude. Je sais qu’à ce moment, je suis tendue, ma voix change et je stresse encore plus le serveur qui veut simplement bien faire son travail.

Je ne sais pas trop pourquoi je suis ainsi. Je sais seulement que lorsque ça ne va pas assez vite pour moi, je bouille par en-dedans. Émane de mon être une sorte de tension palpable. I know, ce n’est pas une qualité.

Bref, on finit par se comprendre. Alors qu’il quitte pour se rendre aux cuisines, je me mets à observer l’espace autour de moi. Première observation : le personnel est tout sourire. Deuxième observation : je remarque une, deux et trois serveur.se.s atteint.e.s du syndrome de Down (trisomie 21). 

Je me rends finalement compte que je suis dans un resto à vocation sociale qui engage des employé.e.s ayant un handicap. À ce moment, je trouve ça beau PIS je me rappelle de la manière dont j’ai agi. Franchement, je ne suis pas trop fière. Je me suis sentie mal, mais je devrais me sentir mal dans n’importe quel contexte et avec n’importe quel interlocuteur.trice. #LessonLearned

Ce que ça crée, un tel comportement

Ça ne crée rien de bon. Ça crée une tension inutile pour moi et pour les autres. Une genre de vibe poche. D’ailleurs, il n'y avait crissement pas le feu. J’étais en VACANCES. Girl, t’avais aucun rendez-vous de booké.  

Je réalise avec les années que l’impatience, c’est aussi de l’égoïsme. C’est de croire que la manière et la vitesse dont on pense, apprend ou fait les choses est LA bonne manière. 

C’est très capricieux, et complètement faux.

Les 5 choses que je retiens de mon expérience

  1. On a eu un lunch FABULEUX. Notre serveur était ultra dédié, travaillant et s’est assuré que tout était parfait plusieurs fois pendant le repas. 
  2. J’ai essayé de me faire pardonner tout au long du lunch avec beaucoup plus de gentillesse et de douceur. Hélas, le mieux aurait été d’adopter cette attitude dès le début.
  3. Les personnes avec un handicap sont d’excellent.e.s employé.e.s. Selon le International Labour Organization, elles sont souvent très fièr.e.s de leur travail et le garde plus longtemps. Elles contribuent à la diversité, à la créativité, aux nouvelles idées et à la bonne humeur d’une entreprise.
  4. On devrait arrêter de s’imaginer qu’une personne avec un handicap est une personne qui a quelque chose « en moins ». Être différent.e, ce n'est pas être « plus » ni « moins » que les autres.
  5. De grâce, la prochaine fois, take a chill pill

 

 

Commnent se porte votre patience?

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES