Être vrai.e.s

Crédit photo: Unsplash Être vrai.e.s

Récemment, j’ai vu une collègue au bureau qui lisait le livre Cessez d’être gentil, soyez vrai! de Thomas D'Ansembourg. Ça m’a fait me questionner; c’est quoi, être vrai? Quand j’y réfléchis, je ne pense pas que j’agisse de la même façon selon les gens avec qui je me trouve. Est-ce que c’est parce que je tente trop de plaire, de me fondre dans mon environnement? Au point de ne pas être fidèle à celle que je suis réellement?

citation de Britney Spears: who cares what people think, just believe in yourself, that's all that matters

Source: Giphy

C’est vrai que je suis très anxieuse concernant l’image que les autres se font de moi. Je souhaite être appréciée, je souhaite aider les gens. J’ai de la difficulté à dire non, à mettre mes limites. Dans ces moments-là, quand je me retiens de dire ce que je pense par peur de froisser les gens, ou que j’accepte des tâches alors que j’aurais préféré dire non, est-ce que je suis « fausse »? Quand j’ai trop peur de dévoiler mes émotions, quand quelqu’un me blesse ou aborde un sujet avec lequel je ne suis pas à l’aise, est-ce que je suis malhonnête avec moi-même?

J’imagine que oui. Lorsque j’agis de la sorte, je me cache derrière mon « masque social ». Celui que j’utilise en société. Une attitude que je considère comme étant essentielle pour bien fonctionner avec les gens. Pour être une bonne amie. Une bonne collègue de travail. J’ai toujours pensé que c’était essentiel d’adopter certains comportements lorsqu’on est en société. De prendre sur soi. D’être gentil, même quand on a envie de crier. De dire non. Quand on est fatigué.e et que c’est trop.

dessin animé présentant une jeune femme qui enlève son masque

Source: Giphy

Mais est-ce que c’est ça être « vrai »? Toujours dire ce qu’on pense, sans filtre? Quand j’y réfléchis bien, je sais bien que non. En fait, je pense qu’un élément important est l’imposition de limites. Nous n’avons pas le choix d’éviter de dire ou de faire certaines choses dans certains contextes. Cependant, en nous connaissant assez bien, nous serons en mesure d’établir des limites. Jusqu’où nous pouvons dire oui. Quels sujets sont inacceptables pour nous. Quelles actions sont inacceptables. C’est, de toute évidence, un élément que je devrais travailler. Pour être plus fidèle à moi-même.

Il est possible que je ne me connaisse pas assez pour être capable d’être vraie. Je ne suis pas certaine d’où se situent mes limites. De comment exprimer mes émotions. De savoir quand dire non, ou quand dire oui. Et je ne sais pas vraiment comment faire pour mieux me connaître.

Jackson de Gilmore Girls qui dit: je ne me connaissais pas

Source: Giphy

Je devrais probablement lire le livre, et vous revenir sur mes conclusions par la suite!

 

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES