Il y a quelques années, ma mère m’a parlé de son expérience avec une voyante. Bien qu’elle ne croyait pas particulièrement « à ces affaires-là », elle avait été impressionnée par la justesse des propos de cette personne. Sans le vouloir, ma mère m’avait fait un speech de vente à tout casser; le lendemain, je prenais rendez-vous. 
 
Avant de discuter du déroulement de la séance, je tiens à préciser qu’au moment de la prise de rendez-vous, je n’ai donné que mon nom et numéro de cellulaire, sans même parler directement à la voyante. Détail qui sera important pour la suite de l’histoire : mes profils sur les réseaux sociaux étaient tous privés, et le travail que j’occupais n’était indiqué nulle part.
 
De retour à nos moutons. Quatre mois plus tard, après une attente insoutenable, j’étais finalement assise devant la voyante. Curieuse de savoir comment elle exerçait son travail, elle m’a répondu que tout est basé sur l’intuition. Sa théorie plutôt intéressante était que la société dans laquelle nous vivons ne permet pas aux gens d’écouter cette intuition, puisque tout doit être factuel et rationnel. 
 
Ma curiosité étant satisfaite, la séance a commencé de façon plutôt intense, avec une description, ma foi, exacte de ma personnalité. Bien que je me souvienne avoir été déstabilisée, je me sentais surtout vulnérable devant une personne qui me lisait trop bien à mon goût. J’ai eu le droit à une bonne dose de tough love et d’introspection, et elle a su mettre le doigt sur le bobo.

 

Crédit: Giphy 

À la suite de ce départ abrupt, la voyante s’est mise à discuter de mon travail. À l’époque, j’occupais un emploi que je détestais, mais surtout toxique pour ma santé. Bien que je n’aie pas parlé de mon emploi avec elle, et que comme je vous l’ai mentionné, celui-ci n’était indiqué nulle part, la voyante m’a dit « Je ne sais pas où tu travailles, mais j’entends des dring! dring! tout le temps ». Bin cibole, je travaillais dans un centre d’appels.
 
Lorsque je lui ai demandé si j’allais bientôt trouver un autre travail, elle m’a répondu par l’affirmative, en m’indiquant qu’il se situerait près de chez moi. Elle m’a d’ailleurs décrit la disposition de l’appartement que j’habitais, en plus de me dire précisément dans quel coin de Québec il se situait.  Donc, non seulement elle me lisait comme un livre ouvert, mais elle savait où je vivais #Troublant. Si ça vous intéresse de savoir, j’ai effectivement trouvé un nouveau travail, à côté de chez moi, deux mois après avoir rencontré la voyante.
 

Crédit : Giphy

Par la suite, sans que j’aborde le sujet, elle s’est mise à discuter de deux de mes amies qu’elle a décrit à la perfection, même physiquement. Elle en a même profité pour m’annoncer que l’une d’elles venait tout juste de laisser son chum. En sortant de la séance, j’ai texté mon amie pour valider avec elle et, comme de fait, la voyante avait raison.
 
Presque trois ans après avoir vu cette voyante, je suis toujours aussi marquée par cette rencontre. Même si je crois qu’il faille en prendre et en laisser, et que ce n’est aucunement un remède aux périodes difficiles, cette personne m’a tout de même apporté du positif. Sauf que, la voyante s’est trompée sur une chose : chère amie qui va se reconnaître en lisant ces lignes, j’attends toujours que tu me présentes un gars qui s’appelle Simon. Il semblerait qu’il soit grand aux cheveux foncés et bouclés #StillWaiting.
 

Plus de contenu