La viticulture biodynamique : Une pratique aux allures de sorcellerie qui fonctionne!

Crédit photo: Tim Mossholder La viticulture biodynamique : Une pratique aux allures de sorcellerie qui fonctionne!

Vous avez peut-être déjà vu ce mot sur une bouteille achetée à la SAQ, ou entendu ce terme dans la bouche d’un sommelier motivé. La biodynamie, qu'est-ce que ça mange en hiver? Voici une base pour vous y retrouver et démystifier ce mouvement agricole qui a parfois des allures de sorcellerie!

On connait déjà l’agriculture biologique, soit le fait de faire pousser fruits et légumes sans l’ajout de pesticides qui peuvent être nocifs pour la santé. Pour le vin, c’est un peu la même chose, mais sachez que plusieurs intrants (additifs) y sont ajoutés pour assurer sa stabilité et sa conservation. La réglementation pour les vins biologiques permet aussi d’ajouter des intrants au vin, quoique moins que les vins non biologiques. La biodynamie, en plus de devoir être à la base certifié biologique, c’est toute une autre paire de manches!
 
Élaborée par Rudolf Steiner, un penseur et philosophe, cette pratique se base sur un calendrier lunaire pour déterminer quels travaux doivent être effectués sur la terre. Il existe donc des jours fleurs, fruits, feuilles et racines. La chaptalisation, ou l’ajout de sucre, doit être réduite au maximum, et les levures utilisées doivent uniquement être des levures indigènes, soit celles qui se retrouvent naturellement sur le raisin. Les principes biodynamiques suggèrent aussi d’enterrer pendant tout un hiver une corne de vache remplie de bouse, ainsi que de pulvériser les plantes avec du « silice de corne ». Pour éviter les maladies et se débarrasser des parasites, des tisanes, décoctions et cendres d’insectes sont utilisées.
 

Crédit : Giphy
 

Je vous l’accorde, tout ça peut sembler un peu ésotérique! Est-ce que ça change quelque chose au vin? Il n’y a pas de preuve scientifique comme quoi la biodynamie a un réel impact. En gros, on peut la comparer à la médecine naturelle ou homéopathique. Toutefois, comme il n’y a pas d’additifs chimiques ajoutés aux fruits et au vin, il s’agit d’un produit définitivement plus pur, qui laisse toute la place à l’expression du fruit et de son terroir. De plus, le vigneron se doit d’être attentif à ses vignes et prévoyant quant aux infestations et autres dégradations qui pourraient les affliger.

Alors pourquoi ne pas se laisser convaincre et essayer les vins biodynamiques? Au Québec, le Domaine des Pervenches s’y consacre depuis plusieurs années, et ils font parmi les meilleurs vins de la province. Coïncidence? Je ne crois pas! Moins de produits chimiques et plus de good vibes, ça se ressent dans le verre!

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES