Qu'est devenu American Apparel suite à sa faillite?

Crédit photo: Wiki Commons Qu'est devenu American Apparel suite à sa faillite?


Quand j’étais jeune, je me rendais au American Apparel, j'y dépensais toutes mes payes de gardiennage dans des t-shirts en coton, sacs à dos, et autres merveilleux basics. Je voulais ressembler aux vendeuses, je passais mon temps sur le site Web pour mieux connaître leurs nouveautés. Bref, j’étais un petit trop in love avec la marque.

Naïve, j’ignorais les scandales sexuels entourant Dov Charney, l’ancien propriétaire montréalais qui s’était fait lui-même renvoyer, les campagnes publicitaires quasi pornographiques, sans parler de la bien pauvre représentation des diversités corporelles (les jeans ne me faisaient même pas et ça me tuait).

Quand j’ai appris la faillite d’American Apparel en 2015, j’ai braillé un shot. J’ai passé au ralenti devant le warehouse aux fenêtres placardées de cartons à SoHo, New York, ben ben triste.

Et puis, l’autre jour, après m’être remise de ma perte (et de mes désillusions) depuis un boute, j’ai appris la bonne nouvelle : LE RETOUR DES VENTES EN LIGNE. La compagnie avait été rachetée par la compagnie canadienne Gildan Activewear depuis un moment déjà.

J’ai complété une commande sur le site d’AA avec une amie et c’était tellement décevant. J'veux dire :

  • Le site Web avait le même moule, les mêmes écritures blanches sur un fond noir
  • les mêmes mannequins (quand je vous dis que je trippais sur la marque jusqu’à mémoriser la tête des mannequins)
  • les mêmes basics avec les mêmes couleurs qu’avant
  • les mêmes politiques alliées au mouvement LGBTQ+​

Mais le tout ne portait plus le même aura, la même atmosphère. En plus, suite à de courtes recherches, j’ai cru comprendre que la plupart des vêtements n’étaient même plus faits aux USA, mais bien dans une usine haïtienne où les travailleur.se.s seraient sous-payés. The American dream, huh?   

Peut-être que ce qui rendait American Apparel aussi mythique, dans le temps du moins, c’était la présence du génie créatif Dov Charney (aussi controversé, wrong et weird qu’il pouvait être)? Celui-ci a d'ailleurs mis au monde une nouvelle compagnie du nom de Los Angeles Apparel (comme le nom l'indique, tout est fait en Californie et non dans des sweatshops) et, j’avoue, malgré toute la cohue, c’est très beau.

Je vous laisse comparer, en regardant dans la galerie photos, les cinq premières photos sont celles d’American Apparel par Gildan Activewear et les cinq dernières sont celles de morceaux que je trouvais jolis sur Los Angeles Apparel.

Mon premier (AA) fait-il semblant de donner dans le plus-size, though? Ils présentent des mannequins toutes en courbes mais n’offrent que jusqu’à la taille 32… dans mon livre à moi, c’est encore petit du 32. Los Angeles Apparel, pas bien bien mieux, offre jusqu'à la taille 33. 

Bref, je vous laisse faire votre propre opinion. Je reste personnellement sceptique envers les deux. Peut-on vraiment pardonner des années d'abus juste parce que le linge est beau? 

 

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES