Je vous l’avais mentionné ici, j’avais assez hâte de voir à quoi était pour ressembler le Gala des Féministes du Zoofest. Au risque de me répéter, je suis vraiment critique envers ce qui se proclame féministe. Disons que je ne me laisse pas facilement impressionner et que je remets en question chaque aspect. Bref, pour moi, ou ça passait, ou ça cassait.

Chaque spectacle est animé par Coco Belliveau. Je l’ai beaucoup aimée. Je l’avais déjà vu à En route vers mon premier gala et je l’avais trouvée vraiment attachante. Elle a réussi à raconter une de ses agressions sexuelles dans un numéro d’humour. C’était à la fois choquant et drôle (ses propos n'étaient pas choquants, mais son agression oui). Je lui lève tous mes chapeaux.

Crédit : Marie-Ève Lapointe

Un numéro qui m’a marquée est celui d’Emilie Ouellette. Elle est à la fois maman, humoriste et clown thérapeutique. Elle m’a fait vraiment rire avec son numéro portant sur la découverte de la masturbation de sa fille de deux ans. En plus, elle vient d’accoucher tout récemment et elle a fait sa prestation avec
son trop cute bébé. #ConciliationTravailFamille

Crédit : Marie-Ève Lapointe

Je dois dire que j’ai été déçue par le numéro de Lili Boisvert. Je comprends qu’elle n’est pas une humoriste de métier, mais je m’attendais tout de même à plus. En fait, j’ai surtout trouvé que ce qu’elle a présenté était un remâchage de ses statuts Facebook. J’aurais aimé voir quelque chose de nouveau.

Il y avait deux humoristes hommes sur le gala : Vincent Descôteaux (Allô Vincent!) et Colin Boudrias Fournier. Ils ont tenu leur promesse, on ne s’est pas fait mansplainer. Le numéro de Vincent portait sur les façons atroces qu’ont pas mal d’hommes de cruiser, documenté par les expériences réelles d’une de ses amies. Je l’ai trouvé très accurate et bien écrit. D’ailleurs, Vincent vient d’être accepté à
l’École nationale de l’humour. Je vous conseille de retenir son nom (ou ses cheveux).  

Crédit : Marie-Ève Lapointe

Le gala se terminait avec Jess Salomon qui était vraiment hilarante. J’ai adoré son segment. Elle fait davantage de stand-up en anglais (elle vient de Montréal, mais habite maintenant à New York), mais elle est excellente en français aussi. C’était une belle découverte pour moi qui ne la connaissais pas.

Certain.e.s humoristes reviennent de soir en soir et d’autres n’y sont que pour un spectacle. Le line up est donc différent pour chaque gala. J’espère que pour les autres soirs il y a des humoristes racisées, parce que pour moi le gala n’est pas inclusif sans cela. Dans le meilleur des mondes, il y devrait y avoir au moins une humoriste racisée par gala. En même temps, je ne connais pas la proportion d’humoristes non blanches, mais j’ose espérer que les organisateur.trice.s du spectacle se sont penché.e.s sur la question.

Il reste encore des représentations les 27,28 et 29 juillet! Pour les billets, c’est ici

Pour les autres articles portant sur le Zoofest : 10 humoristes à (re)découvrir pendant le Zoofest , 5 shows concepts que vous devez aller voir au Zoofest cette année , David Beaucage : un vent d'absurdité et de malaises contrôlés et LOVE : pas trop cute, juste assez drôle .

Plus de contenu