J'ai été intimidée en ligne

Crédit photo: Alessio Lin/Unsplash J'ai été intimidée en ligne

On se dit souvent que, si l’on est victime d’intimidation en ligne, il nous sera facile de l’identifier et de réagir. Cependant, certaines tactiques d’intimidation sont très subtiles et nous amènent même à douter de nos perceptions : sommes-nous en train de dramatiser, d’exagérer?

Récemment, j’ai vécu de l’intimidation en ligne. Ça m’a pris beaucoup de temps à le réaliser, quelques mois au moins. Pendant que je le vivais, je sentais que quelque chose ne tournait pas rond, mais je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus. Ce qui m’apparaissait certain, c’est que je me sentais constamment surveillée par la personne qui m’intimidait, mais c’était difficile d’en parler à mon entourage, car j’avais peur de sembler paranoïaque. Par contre, un jour, une amie m’a écrit pour m’avertir que mon intimidatrice avait tenté de la monter contre moi en lui parlant dans mon dos via messages Facebook, afin que je sois au courant qu’elle faisait de telles choses. C’est grâce à cette amie que j’ai pu savoir que mes impressions étaient valides et fondées.

Puis, les semaines ont passé. Je me disais toujours que, si je continuais à ne pas répondre, elle perdrait intérêt. C’est souvent ce qu’on se fait dire, d’ignorer les personnes qui nous intimident, mais je peux confirmer que ça ne fonctionne pas. Elle redoublait d’ardeur pour avoir mon attention, elle cherchait des fautes à me reprocher à la moindre occasion et, lorsqu’elle n’en trouvait pas assez à son goût, n’hésitait pas à carrément mentir ou déformer la réalité afin de pouvoir dire à tout le monde à quel point j’étais une horrible personne. À la fin, j’étais rendue à un point où être sur Facebook me causait de l’anxiété en raison du sentiment de surveillance et de persécution. J’ai donc décidé de confronter mon intimidatrice et de la bloquer, malgré la peur des représailles qui m’empêchait de le faire depuis des mois.

Suite à cette décision, plusieurs personnes m’ont écrit pour confier leurs expériences similaires aux mains de cette même intimidatrice; cela m’a une fois pour toutes confirmé que je n’étais pas « folle », qu’il y avait réellement quelque chose de malsain. Cela m’a aussi permis de comprendre que cette personne a usé de techniques de gaslighting, c’est-à-dire une forme de violence psychologique par laquelle la personne abusive amène sa victime à douter de sa propre perception de la réalité, notamment en usant de mensonges et de manipulation. Un exemple qui m'avait mis la puce à l'oreille est une fois où elle avait fait quelque chose, que je lui avais souligné que je trouvais cette chose inappropriée, et qu'elle a essayé de me convaincre qu'en dépit de mes captures d'écran prouvant qu'elle avait bel et bien fait ce que je lui reprochais, elle n'avait jamais fait cela, que je m'imaginais des choses. Pourtant, je savais ce que j'avais vu...

Si j’ai appris quelque chose de cet incident, c’est à quel point des dynamiques toxiques et malsaines peuvent facilement s’installer dans nos relations en ligne. Si vous vous sentez stressé.e et que vous avez un sentiment que quelque chose ne tourne pas rond, écoutez-vous, et allez au fond des choses. C’est souvent le premier signe. Et ça peut arriver à tout le monde.

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES