Oui, je suis chanteuse et je gagne ma vie sans être connue!

Crédit photo: Panda Vector/Shutterstock Oui, je suis chanteuse et je gagne ma vie sans être connue!
Mon métier est souvent méconnu, mal compris et même jugé. Et c’est frustrant. Parce que oui, c’est un vrai travail, non ce n’est pas toujours facile ni glamour, et oui, nous bûchons fort. J’appréhende toujours la question « Qu’est-ce que tu fais dans la vie? » parce que je sais que devra s’ensuivre une série d’explications et de justifications où je devrai étaler mon C.V. pour prouver à mon interlocuteur que je suis professionnelle dans mon domaine et que oui, je gagne ma vie sans être connue ni avoir participé à aucun concours de chant télévisé. Je généralise tout de même, certaines personnes sont très ouvertes, respectueuses et intéressées. Mais disons que ça arrive souvent.  

Le fait d’avoir étudié la musique et le chant jusqu’à l’université, de connaître la théorie musicale en profondeur et d’avoir développé mon oreille de musicienne pendant plusieurs années me permettent aujourd’hui d’avoir des contrats très variés qui, au bout du mois, me permettent de payer toutes mes factures (yé!). J’aimerais donc profiter de cette tribune pour démystifier ce qu’est le métier de chanteuse interprète pigiste et vous présenter différents types de contrats (communément appelés gigs) que nous pouvons avoir afin que la bonne nouvelle se répande : être chanteur.se, c’est une vraie job

1. Les bands de covers dits « bands de corpo » (pour « événements corporatifs »)
Mariages, partys de bureau, galas, soirées récompenses de compagnies… nombreux sont les événements qui engagent des groupes de musique pour faire danser leurs invités. Notre mandat lors de ces soirées est de garder la piste de danse pleine le plus longtemps possible. Au menu : des succès du top 40 d’hier à aujourd’hui, du disco, du rock, du pop (oui, ‘faut en connaître beaucoup de tounes par cœur et rester à jour!) souvent accompagnés de chorégraphies et d’animation, sans temps mort permis. C’est très cardio, j’aime ça, mais sachez que même si j’ai l’air de chanter I Will Survive pour la première fois de ma vie et d’avoir un plaisir fou, c’est à peu près la 10 000e fois que je la chante. Ha!  
 

Crédit : Giphy
 
2. Les gigs « cocktail »
Vous le devinez par le titre, ces formations (solo, duo ou band) servent à ajouter une ambiance musicale feutrée et jazzy aux cocktails et soupers des événements mentionnés ci-haut ou dans des restaurants. Il arrive parfois que le même groupe fasse les deux (le cocktail et la danse), mais il existe aussi plusieurs formations qui se spécialisent en l’un ou en l’autre.
Source: Giphy
La Queen (Ella Fitzgerald)
Crédit : Giphy
 
3. Choriste pour un.e artiste
Le métier de choriste consiste à faire les back vocals d’un.e artiste, en spectacle ou sur ses albums, seul.e ou à plusieurs. Nous suivons alors l’artiste en tournée, en salles, en festivals ou lors de ses performances télé et radio. (Le documentaire Twenty Feet From Stardom sur Netflix est merveilleux pour celles et ceux qui veulent en apprendre plus sur le métier de choriste).

4. Groupes hommage et revues musicales
Plusieurs maisons de la culture, casinos et établissements offrent des spectacles, soupers-spectacles « Hommages à…» ou différentes revues musicales dans lesquelles nous pouvons participer en tant que chanteuse principale ou choriste. 

5. Choriste pour la télévision
Plusieurs émissions télévisées ont un house band pour accompagner les artistes invité.e.s dans lequel il y a parfois un.e ou des choristes.

6. Studio
Nombreux sont les contrats qu'un.e chanteur.euse peut avoir en studio : publicité radio, télé ou web (jingles ou réenregistrement d’une chanson connue), trames de pratique pour des chorales ou des comédien.ne.s, doublage chanté (souvent pour les dessins animés), séquences de back vocals pour des spectacles de tous genres, etc. Dans ce genre de contrats, nous sommes souvent appelé.e.s à jouer avec notre son : voix d’enfants, imitations, etc. La voix est un instrument!

Crédit : Giphy
7. Enseignement, coachings et direction de chorales
Plusieurs chanteurs.euses enseignent en parallèle, offrent des coachings ou dirigent des chorales amateures (incluant la création des partitions et arrangements).

Crédit : Giphy
 
8. Partir à l’étranger
Bateaux de croisières, Club Med, spectacles internationaux comme Le Cirque du Soleil, Cavalia… toutes des belles opportunités de travail pour les chanteurs.euses. 

Je ne vous cache pas que pour arriver à gagner sa vie, il faut être polyvalent.e et travailler fort. Je dois parfois apprendre par cœur un spectacle complet et mettre des dizaines d’heures de travail non rémunérées à la maison pour un soir seulement. Je ne sais jamais combien de sous je vais faire chaque année. Je me sens toujours anxieuse de prendre des vacances, de peur qu’un contrat de dernière minute rentre (j’ai d’ailleurs souvent dû annuler des vacances pour cette raison). J’attends parfois un chèque pendant plusieurs mois. Je ne suis jamais disponible les vendredis et samedis soirs ou au jour de l’An. Je fais de la route, beaucoup de route, tassée dans des van avec 15 autres personnes qui ont toujours envie de faire des blagues fort et d’éclater de rire au moment exact où je m’endormais enfin (lol). J’ai souvent saigné à l’intérieur des biceps tellement ça frotte sur les robes à paillettes coupantes (lolol mais vrai). 

J’ai malgré tout la plus belle job du monde, mais n’oublions pas que c’en est une, avec ses hauts et ses bas, comme les autres!

Pratiquez-vous aussi un métier moins commun? Ressentez-vous souvent le besoin de l’expliquer?

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES