Voyager : le problème avec le retour

Crédit photo: Rosalie Dumais-Beaulieu Voyager : le problème avec le retour

Je suis partie pendant deux mois en France l’été dernier. Pour plusieurs, c’est bien peu. Pour d’autres, c’est bien trop. Pour moi, ça m’a transformée. Pour moi, ça a fait bien des ravages dans ma vie également.
 
Le problème, c’est qu’on dirait que je ne suis jamais revenue de ce voyage-là. C’était deux mois parfaits, avec mon amoureux, à vivre plein d’aventures. Ma vie était mouvementée et, depuis que je suis revenue, ma vie est plate. J’ai toujours la tête ailleurs. Je pense toujours à mes souvenirs.
 
Je me trouve gossante. J’ai l’impression que mes proches en ont marre de m’écouter rebrasser les mêmes anecdotes encore et encore. Je ne pense qu’à repartir et je déprime parce que la réalité me rattrape quand je regarde mon compte en banque. Mon Instagram est remplie de #Throwback de mon été. Je passe ma vie sur Pinterest dans la catégorie « Voyage » et je parle de mes projets à tout le monde. C’est plus fort que moi.

Une photo souvenir avec la caption : « Ma vie est un éternel throwback de ces moments où #NoFilterNeeded »
Crédit : @rosaliedbeaulieu/Instagram

 
C’était pareil quand je suis revenue de mon premier voyage il y a quelques années : je ne pensais qu’à repartir. Comme si je n’étais pas capable de revenir. Comme si je vivais tellement le moment présent ailleurs, que je suis toujours dans la nostalgie ici.
 
Est-ce que je dois continuer de partir si je ne suis pas capable de revenir? Si je ne pars pas, je ne me sens pas bien. Quand je reviens, je ne me sens pas mieux. Et j’essaie de voir clair dans tout ça.
 
Il y a des chances que je ne passe pas mon été outremer cette année et j’étouffe déjà. J’essaie de rester zen à propos de ça, mais ça me fait peur. Ça m’effraie, car je me demande si je vais réussir à être bien sans voyager un jour. J’ai peur également de faire un voyage d'une envergure assez importante et que mon choc du retour soit énorme. Mon problème avec les retours pourrait être trop gros, tellement que je sois obligée d’arrêter de voyager. Et ça, rien que d’y penser, ça me fait sentir tout drôle.
 
Je pense que, souvent, je m’ennuie du sentiment que j’avais en voyage. J’aimerais ça, pouvoir vivre ma vie en ayant les mêmes émotions et les mêmes agissements que pendant mes séjours à l’étranger. C’est peut-être ça qui me manque réellement. Comme si la version de moi-même en voyage me plaisait plus que celle au quotidien. Ça aussi, ça m’attriste d’y penser. J’aimerais que mes voyages me changent un peu chaque fois.
 

Crédit : Rosalie Dumais-Beaulieu

Je m’excuse à tous mes amis, à toute ma famille et à tous les gens qui me suivent sur les réseaux sociaux que je harcèle avec mes souvenirs de voyage et mes photos. J’espère qu’un jour, je vais régler ce problème avec les retours. Même si j’ai l’air bien rêveuse quand j’en parle, c’est difficile de gérer toutes ces émotions. Je ne peux pas m’arrêter de partir, mais je dois travailler sur ma façon de revenir.
 
Comment vivez-vous vos retours de voyage? Avez-vous des trucs pour les rendre plus faciles? Help a sister out!

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES