Anxiété : la fois où j'ai perdu 30 livres et qu'on me complimentait

Crédit photo: Pony/Facebook

Tout a commencé en 2008, alors que j'étais en secondaire cinq. C'est arrivé sans crier gare. Un matin, je me suis réveillée avec un violent mal de cœur. Je suis alors allée aux toilettes vomir, et ce, pendant des heures, jusqu'à ce que ce ne soit que de la bile.

Je pensais que c'était un épisode isolé, un vilain virus. Malheureusement, le scénario s'est répété chaque matin pendant plus de trois mois. J'ai subi une tonne de tests médicaux, tous négatifs. Avec le recul je réalise que c'était l'anxiété qui causait mes vomissements. 

Bref, j'ai perdu 30 livres en l'espace de deux mois. J'avais froid, tout le temps. Un froid qui venait de l'intérieur. Je ne rentrais plus dans du 0, je capotais. La nourriture me levait le cœur, puisque j'en vomissais tous les jours. Je n'avais plus aucun contrôle sur mon corps et ça me faisait peur, j'avais la chienne de voir jusqu'où tout ça allait me mener. Les docteurs parlaient de m'hospitaliser.

Le pire là-dedans? Le regard des gens. Ne vous inquiétez pas, ils n'étaient pas négatifs, bien au contraire! Les gens me FÉLICITAIENT d'avoir perdu des kilos. Ils me disaient que ça me FAISAIT BIEN! Parenthèse ici : avant de maigrir considérablement, j'étais à mon poids santé. Encore pire, quand je leur disais que cette perte de poids était liée à une maladie, on me répondait souvent : « J'aimerais avoir ta maladie. » DAFUQ?

Ma perte de poids n'avait rien de sain et on me félicitait. On ne remarquait pas mes cernes mauves ni mon teint grisâtre. On remarquait simplement que j'étais moins lourde sur la balance. Le plus drôle, c'est que quand j'ai retrouvé ma santé et, par le fait même, mon poids santé, nada! On ne m'a pas complimentée sur ma prise de poids, on ne m'a pas dit que ça me faisait bien, on n'a pas remarqué que j'avais l'air d'aller mieux. 

Ça démontre à quel point il y a un culte de la minceur, et ce, peu importe les raisons de ladite minceur. Les commentaires sur le poids des gens, c'est non! Ce n'est pas de vos affaires, pis vous ne savez pas ce que la personne vit pour avoir ce poids-là, qu'il soit, selon vous, « trop élevé » ou non.

Toutes ces paroles m'ont égratigné l'intérieur, veut veut pas. Étais-je plus jolie malade et maigre, qu'en santé et à mon poids normal? Imaginez ma réaction quand j'ai repris les livres perdues et que j'en ai même gagné! Est-ce que je suis toujours aussi belle? J'ai fini par me ressaisir et me dire que l'important, c'était ma santé. Pas mon poids.

Est-ce qu'une telle situation vous est déjà arrivée? 

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES