L'art de se rassembler : rencontre avec l'illustrateur du FOÉ 2015.

Crédit photo: Festival de l'Outaouais Émergent L'art de se rassembler : rencontre avec l'illustrateur du FOÉ 2015.

Depuis que septembre est arrivé, j'entends parler d'automne, de rentrée et de temps frais. Or, j'aimerais vous signaler que l'été, aka la saison des festivals, n'a pas encore dit son dernier mot.
 

Tout juste après le Festival de musique émergente en Abitibi-Témiscamingue, c'était au tour de Gatineau de recevoir les festivaliers dans le cadre de la 8e édition du Festival de l'Outaouais Émergent (FOÉ) ce mois-ci. 
Crédit : Festival de l'Outaouais Émergent (FOÉ)/Facebook

 
Je me suis entretenue avec l'illustrateur derrière l'identité visuelle de cette édition, Guillaume Perreault, dans le but de recueillir ses impressions et de faire connaissance avec l'artiste.
 
Présente-toi aux lecteurs et lectrices de TPL :  
Je suis illustrateur, auteur et graphiste. Après mes études en graphisme, j'ai travaillé dans diverses agences publicitaires. Je suis travailleur autonome depuis trois ans.
 

Je travaille avec plusieurs maisons d'édition québécoises, en collaboration avec des auteurs, en tant qu'illustrateur pour des livres jeunesse. J'ai publié un livre jusqu'à maintenant à titre d'auteur et illustrateur, il s'intitule Cumulus. 
L'illustrateur avait également travaillé pour l'édition 2013 du FOÉ.
Crédit : Guillaume Perreault/guillaumeperreault.com
 
Peux-tu nous expliquer le visuel du Festival de l'Outaouais Émergent de cette année?
Je voulais exprimer la simplicité. Le FOÉ, c'est un festival de musique et d'arts visuels qui permet de passer du bon temps entre amis, d'écouter de la musique et de prendre une bière.

Pour moi, le FOÉ c'est comme le marchand de glaces à vélo d'autrefois (qu'on appelait affectueusement le guiling-guiling). C'est un plaisir estival; on ressent toute l'excitation qui monte quand il approche. Y'a-t-il quelque chose qui représente mieux l'été qu'un Popsicle?

 
L'artiste et son œuvre.
Crédit : gperreault/Instagram
  
J'ai aussi créé un personnage qui n'a pas de traits particuliers, pas vraiment de visage. C'est soit un gars ou une fille, comme vous voulez. Tout le monde peut s'y retrouver, et c'est ce que je voulais représenter.
 
Enfin, j'ai peinturé et illustré toute la programmation du festival sur un vélo fait sur mesure par une entreprise locale, surmonté d'une boîte en bois. C'était pour un stunt publicitaire. Il se promenait dans les rues, comme un marchand de glace ambulant.
Crédit : FestivalFOE/YouTube
 
Quel a été ton spectacle préféré au FOÉ cette année?
Galaxie, sans hésitation! J'étais juste en avant de la scène; le band était dedans, la foule aussi et l'ambiance était forte. Leur musique est tellement bonne, je n’ai comme pas le choix de me faire aller la tête en les écoutant.
 
Quelle a été ta plus belle découverte musicale?
J'étais content de voir Timber Timbre live pour la première fois, c'était à la hauteur de mes attentes. Le FOÉ m'a également permis de découvrir Eldorado, un groupe de Gatineau que je ne connaissais pas vraiment, étonnamment.  
 
Ton moment mémorable du FOÉ 2015?
Quand j'ai fait du body surfing. C'était la première fois de ma vie que j'en faisais. L'animateur m'a invité à venir sur la scène, ce n'était pas prévu, et j'ai réalisé mon rêve. Lololol.
Guillaume qui fait son baptême de crowd surfing.
Crédit : Alexandre Voyer
 
Même juste de monter sur scène et d'avoir une tonne d'inconnus qui ont applaudi mon travail, c'était la meilleure paye que je pouvais recevoir. Parce que le gros défi en art, c'est que l'artiste finit par se sentir isolé. J'ai des fois un peu l'impression d'être enfermé tout seul, devant mon ordi. Ce que j'aime de faire des projets culturels ou commerciaux, comme dans le cas du FOÉ, c'est que j'ai la chance de toucher les gens directement et d'avoir un contact avec eux.
 
Qu'est-ce que tu aimes le plus de ce festival?
L'aspect local et communautaire. Le FOÉ rassemble tout le monde : les citoyens, les bars, les artistes, les restaurants locaux, les bénévoles, les commerçants, les galeries d'art, etc. Les gens de l'Outaouais se rassemblent et mettent la main à la pâte pour créer quelque chose de plus grand qu'eux. C'est l'fun d'avoir ça chez nous.
 
Pour voir le travail de Guillaume Perreault, consultez son site Web, sa page Facebook et sa boutique Etsy.
 
Si vous passez en Outaouais d'ici le 28 novembre, allez voir son exposition 8 par 8 au Bistro CoqLicorne.

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES