Quand elle est apparue sur la scène de l’humour au Québec, Virginie Fortin était un véritable vent de fraîcheur. En plus d’exceller en impro et en musique, elle a décidé de se lancer en stand-up, dans un style très américain. Une ligne, un punch. Et évidemment, elle excelle aussi là-dedans!
 

Crédit : Jenniferlamaquilleuse/Instagram

 
1. Quand tu étais petite, est-ce que tu voulais devenir humoriste? 
 
Je n’ai jamais voulu être humoriste de ma vie. J’ai fait mon cégep en théâtre. Après je suis allée à l’université McGill faire un baccalauréat. J’ai fait une mineure en russe, une mineure en études hispaniques et une majeure en littérature française. Je me suis dit : « Ah! Je pourrais être diplomate, je vais voyager et apprendre plein de langues! ». J’ai toujours voulu connaître le plus de choses possible. C’est pour ça que ça m’a pris du temps à me caser. J’ai aussi fait de la musique (Virginie est dans un groupe de musique avec sa sœur, nommé Which Is Which). J’ai aussi un certificat en communications à l’UQAM. Je suis allée faire de l’impro à Chicago, pis LÀ, j’ai essayé le stand-up. C’est en faisant En Route vers mon premier gala que j’ai commencé à considérer que ça pourrait être une carrière, pis que c’était ça que je voulais faire!
 
2. Est-ce qu'il y a eu un moment où tu t’es dit « Ça y est, j'ai réussi! »?
  
Je ne pense pas arriver à un moment dans ma vie où je vais faire «WOW J'AI RÉUSSI! ». Je suis très contente de pouvoir travailler dans ce métier que j'aime, et je suis consciente que ça va bien. Quand les contrats ont commencé à rentrer, quand ce n’était plus moi qui devais faire des démarches pour aller à une audition, mais qu’on me l’offrait, je me suis dit que ça allait bien. Quand les gens pensent à moi pour des affaires, des contrats, des choses, ça va bien la vie! Mais je ne veux jamais avoir un sentiment de RÉUSSITE complète sinon, je ne serai pas portée à essayer autre chose, à passer au prochain projet et au prochain rêve.
 
3. Qu’est-ce que ça change d’être une fille en humour, à part qu’on te pose toujours la maudite question « Qu’est-ce que ça change d’être une fille en humour? »?
 
Je n'ai jamais été un gars en humour, alors honnêtement, je ne sais pas c’est quoi la différence! Je pense que les filles de ma génération, on ressent moins la différence que si tu demandes mettons à Lise Dion ou à Cathy Gauthier. Parce que, maintenant, on est une grosse gang de filles. Pour moi, ça ne fait aucune différence dans le travail. J'ai toujours été une fille qui aimait faire des spectacles et aujourd'hui, je travaille avec des humains qui ont les mêmes intérêts.
 

Crédit : VirgFortin/Instagram

 
4. Quels sont tes objectifs de carrières? As-tu des rêves en humour?
 
C’est sûr que j’ai hâte de sortir mon one-woman show. Je veux écrire les meilleures blagues possible. Aussi, dans la vie, j’aimerais tellement ça animer un talk-show. Ça serait quelque chose de l’fun. En gros, c’est vraiment de continuer sur cette belle lancée. J’espère que les choses continuent de bien aller.
 
5. Qui admires-tu en humour?
 
Au Québec, j’aime beaucoup André Sauvé et Mike Ward. J’admire leur travail. Il y a une intégrité dans ce qu’ils font et ils ne se plient pas nécessairement à ce qui est populaire. Ils savent simplement ce qu’ils font, sans se travestir, pis ça, c’est quelque chose que j’admire énormément.
 
6. Y a-t-il des sujets dont tu aimerais parler, mais que tu n’as pas encore abordés?
 
Je parle très peu de moi dans mon stand-up. C’est rare que je parte d’un événement qui m’est arrivé pour parler de quelque chose. Je pars plutôt de quelque chose que j’ai observé, pis là j’y pense vraiment longtemps, j’overanalyse et j’overrationnalise. J’aimerais ça me les approprier davantage et dire quelque chose du genre  « J’ai eu des hémorroïdes et ça m’a fait penser à ça! ».
 
7. As-tu des conseils pour des filles qui voudraient se lancer en humour?
 
J’ai toujours suivi ce que j’avais envie de faire. Faut faire de l’humour parce qu’on a envie de le faire, pas parce que ça a l’air le fun de faire ça. Faut que ça parte de toi. À partir du moment où ça part de quelque part à l’intérieur de toi, tu vas trouver ta voix, tu vas trouver ce que tu veux faire, tu vas trouver ce que tu veux dire et tu vas avoir du plaisir en le faisant, que tu sois une fille, un gars ou juste un humain.
 
8. Vu qu’il s’agit d’une entrevue pour un blogue de mode, parle-nous de ton style sur scène. Quel est ton style idéal? As-tu déjà commis un faux pas?
Quand je fais de la scène, mon style vestimentaire fonctionne avec mon style d’humour : classique, mais un peu funky. Mon look typique sur scène, c’est vraiment la petite robe noire et du rouge à lèvres rouge. Même quand je me force à porter des couleurs et que j’arrive avec une robe à fleurs, je finis par me dire que c'est trop intense et je mets une robe noire. En même temps, je déjoue les attentes. J’ai l’air d’une fille qui s’est arrangée pour un 5 à 7 martinis, mais finalement, je suis là pour faire des blagues déplacées!
 
Le seul problème avec ce look, c’est que j’ai déjà mis une robe noire que je pensais opaque avec une brassière pâle, en dessous. Dans ma chambre, on ne la voyait pas, ma brassière beige!

Virginie sera sur le Gala Juste pour Rire de l’Avarice ce soir, animé par Guy Nantel. (Ce qui est quand même cocasse, puisqu’elle avait jadis un gag sur le fait qu’elle ne le trouvait pas drôle.) Aussi, elle se fera roaster au Zoofest le 21 juillet prochain, un peu comme les grandes vedettes de l’humour américain à Comedy Central. Sinon, il reste encore plusieurs dates de son spectacle avec Mariana Mazza, Mazza/Fortin! Elle est aussi sur les ondes de Vrak 2 pour l’émission Code F.

Page d'accueil