Amy : un documentaire bouleversant qui soulève des questions sur la mort tragique d'Amy Winehouse.

Crédit photo: Amy Film/Facebook Amy : un documentaire bouleversant qui soulève des questions sur la mort tragique d'Amy Winehouse.

Je ne suis pas la plus grande fan d’Amy Winehouse, mais je possède son album Back To Black et j’aime bien entendre ses chansons à la radio. Cette femme avait du talent, il n’y a pas de doute.
 


Crédit : Amy Winehouse/YouTube

Je n’étais pas tellement au courant de toutes ses frasques, mais lorsque j’ai vu passer la vidéo de sa performance catastrophique à Belgrade, en 2011, j’ai eu la même pensée que tout le monde : si personne n’intervient, la fin n’est plus très loin...
 


Crédit : Amy Film/Facebook

 
C’est un peu ce que le documentaire d’Asif Kapadia tente de dépeindre. Il raconte la déchéance d’une artiste qui n’arrive pas à vivre avec la célébrité, entre autres choses. À l’instar du récent film sur Kurt Cobain, ce documentaire relate des faits semblables : divorce des parents, dépression et consommation de drogues à l’adolescence, succès fulgurant au palmarès, relations amoureuses toxiques, etc.
 


Crédit : Amy Winehouse/Facebook

 
Sans jamais pointer quelqu’un du doigt, le film de Kapadia laisse planer le doute sur l’entourage d’Amy Winehouse, qui fermait les yeux sur les problèmes de santé mentale et de consommation de cette dernière. La mère d’Amy affirme en entrevue qu’elle (et le père d’Amy, Mitch) savait que leur fille souffrait de boulimie et qu’ils n’ont jamais pris sa maladie au sérieux. Lorsqu’Amy fait une première overdose, son père affirme : « She didn’t need to go to rehab at that time. » (« Elle n’avait pas besoin d’aller en désintox à ce moment-là. ») De ce triste événement naît la chanson Rehab...
 
En sortant du cinéma, j’ai beaucoup réfléchi au contenu et au montage du film. Je ne veux pas tout croire ce qui est dépeint dans ce documentaire... parce que ça reste un documentaire. Ce n’est pas un reportage ou une enquête journalistique. Un documentaire, c’est une prise de position d’un réalisateur sur un sujet donné. Je peux donc comprendre les frustrations de la famille Winehouse par rapport au film. D'ailleurs, les membres de la famille ont choisi de se dissocier de l’œuvre, malgré leur participation au tournage.
 
Je suis d’accord avec l’affirmation du père d’Amy quand il dit que l’on ne peut pas forcer une personne à aller en désintoxication. Mais je comprends aussi la colère des amis et collègues d’Amy lorsque sa compagnie de disques et son management (lire : son père) la poussent à faire une série de spectacles alors qu’elle n’en a ni la force physique ou mentale.
 


Crédit : Terry Richardson/Vibe

 
Ce qui me rebute, chaque fois que je regarde un documentaire relatant la vie d’un artiste tourmenté, c’est de constater comment les problèmes de dépendance deviennent un phénomène de foire. À voir comment Amy Winehouse faisait les choux gras des médias, je crains qu’on passe à côté du plus important : une humaine profondément malade et vulnérable.
 
À l’époque, ses incartades nourrissaient les journaux à potins et aujourd’hui, ce documentaire alimentera certainement les conversations. Le problème est que certains médias, entre autres, participent à la glorification du mythe « sex, drugs and rock’n’roll ». Qu’on se comprenne bien : le crack et l’héroïne ne sont pas des substances récréatives. Ce sont de puissants narcotiques qui, chez Amy Winehouse, lui permettaient de fuir la réalité momentanément. Parce qu’Amy ne pouvait supporter sa propre vie, ni affronter ses démons. Il n’y a rien de mythique là-dedans; juste une simple femme qui a souffert devant des millions de personnes. Les célébrités ne sont pas différentes des autres toxicomanes, malgré ce que les médias peuvent véhiculer.
 


Crédit : Amy Film/Facebook

 
Tout comme le réalisateur Asif Kapadia, j’espère qu'Amy provoquera différentes réflexions sur la toxicomanie et sur les maladies mentales. Le film sort en salle le 10 juillet à Montréal et le 17 juillet ailleurs au Québec.
 
Allez-vous regarder ce documentaire? Êtes-vous fans d’Amy Winehouse?   

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES