Sans le vouloir tout à fait, j’ai fait une curieuse expérience. 

La semaine dernière, j’ai choisi comme photo de profil, sur Facebook, une horrible photo de moi tout en bourrelets de menton, en maquillage barbare et en couleurs saturées. Vraiment une astie de photo pas belle, prise avec la caméra inversée de mon iPhone pour faire une farce par SMS. 

Pour une raison obscure, cette photo me fait vraiment rire. Ce n’est pas une grimace cutie, entendons-nous : c’est une tronche purement laitte. 

En l’instaurant comme photo de profil, je pensais néanmoins qu’au mieux, les gens riraient avec moi (de moi) et qu’au pire, ils s’en ficheraient. A priori, il n’y avait qu’un gag derrière l’initiative.

Cela dit, j’ai été assez flabergastée de constater que cette vomi-selfie fut accueillie avec une hostilité manifeste. Peu de rigolade, en somme. Plutôt du mépris, et un agacement certain. « Arke ostie, change ça, ça m’écoeure. », m’ont laissé savoir plusieurs personnes sur Facebook chat, ou même dans la « vraie » vie. 

Comme si ma « laideur » exacerbée constituait un affront. Et c’est là que ça devient intéressant, quoiqu’un peu troublant. 

Facebook, n’a-t-on de cesse de remâcher, est la tribune narcissique par excellence. Une vitrine pour se mettre en scène avec complaisance et cultiver la vanité. On le sait et on y participe généralement sans se faire prier : c’est inextricable. Or, cette histoire de photo laide si froidement accueillie révèle à mon avis l’existence d’un impératif rigide d’« apparence lustrée », qui règne en puissance sur le réseau social. Comme s’il y avait carrément une forme d’indécence dans le fait de s’exhiber délibérément sous un angle assez peu flatteur et pas tout à fait représentatif de la réalité (heureusement pour moi). 

Là, y’a à mon avis quelque chose de carrément inquiétant. Inquiétant parce que cette anecdote de l’ugly-selfie laisse à penser que la grimace et le clownesque ont désormais été dépossédés de leurs fonctions libératrices par la tyrannie du bien paraître, devenu véritable hégémonie sur les réseaux sociaux. 

Je m’explique. La grimace a toujours eu une fonction libératrice. Que ce soit dans les photomatons, jadis, ou avec les effets déformants du photobooth d'aujourd’hui, qui n’a jamais passé de longs moments empreints d’hilarité à se déformer le visage devant la caméra? C’est évident : la grimace soulage une certaine angoisse d’être regardé. Lorsque le visage est déformé exprès, il n’est plus considéré pour lui-même, mais bien pour sa représentation grotesque. La grimace permet donc d’échapper momentanément à l’examen constant que subit notre apparence, en société ; elle dédramatise radicalement l’image par le rire. 

La tyrannie de l’apparence et le plaisir de l’ugly-selfie.
LA photo.

Facebook étant devenu une véritable « carte de visite », il semblerait qu’il soit dorénavant inacceptable de ne pas mettre de l’avant une image décente, du moins qui cadre dans une certaine définition du bien paraître. Une image drôle, oui. Une image random, d’accord. Mais purement laide? Tiens donc, ça grince.

Sur Facebook, on ne peut se « trafiquer » qu’à son avantage. Et ça, c’est une tyrannie étrange en tit-Jérémy, quand on y pense deux secondes. C’est absolument débile que la magnification de l’image soit permise, mais pas son sabotage. 

Notre image virtuelle n’est donc pas pleinement malléable, comme on n’a de cesse de déclamer. Elle n’est manipulable qu’unilatéralement, sous peine de subir désapprobation des pairs, ou même de voir la représentation que les autres se font de notre apparence dépréciée.

Ainsi, nous sommes sans cesse pressés de « niveler vers le haut », en fonction de standards aussi stricts qu’arbitraires, notamment basés sur des stéréotypes de genre et de classe. 

Reste que juste avant de m’exhiber toute en mentons sur le Facebook, je me suis surprise à me demander : « Ouin mais là, si le monde qui me connaît pas full se met à penser que j’suis monstrueuse pour vrai? » Ben après réflexion, you know what? Qu’ils le pensent. J’en suis fort aise.

Bye.

(Note de TPL : Z'en pensez quoi? Aviez-vous déjà remarqué la tendance? Ça vous donne envie de changer votre profile pic? On veut savoir!)

Plus de contenu