En période de rush, boire de l'alcool, c'est pas l'idéal et on vous explique pourquoi

Crédit photo: Unsplash En période de rush, boire de l'alcool, c'est pas l'idéal et on vous explique pourquoi

Quand j’étais jeune, je pensais que j’étais plus efficace au travail en lendemain de veille. Je sais, c’est nono, mais j’avais un peu la pensée magique qui venait avec le fait d’avoir 18-20 ans, de n’avoir que du fun avec mes ami.es le soir dans l’excès et, comme j’avais des dépenses à payer, je ne pouvais pas caller off toutes les fois que je me sentais pas en forme.

Je m’efforçais donc d’ignorer les effets de l’alcool même plusieurs heures après en avoir bu. Je me souviens d’une fois où des amis ont été arrêtés pour conduite avec les facultés affaiblies le lendemain d’une grosse soirée où on avait vraiment fait la fête. Tout le monde avait dormi, sûrement mal et pas assez, mais on avait vraiment l’idée à l’époque que le sommeil faisait disparaître l’alcoolémie dans le sang. Folle jeunesse.

Maintenant que je suis une adulte (genre) épanouie, je prends conscience de plusieurs choses par rapport à ma consommation. Après avoir fait tous les défis sans alcool possible, du sober November au 28 jours sans alcool, je me rends compte que finalement, je ne suis jamais aussi efficace en lendemain de veille que quand j’ai su me retenir. Pis c’est pas juste dans ma tête ou à cause du fait que je vieillis, en fait, il existe des études qui prouvent que le genre, le poids, l’alimentation et l’âge jouent comme facteur atténuant ou pas et du taux d’alcool dans le sang d’une personne. Les symptômes de gueule de bois vont souvent du mal de tête, aux problèmes de digestion (par le haut ou pas le bas), en passant par des palpitations ou de l’angoisse. En fait, les gens ignorent souvent que le corps en « manque » d’alcool est plus prompt à l’anxiété et aux crises de panique.

Donc, même s’il existe plein d’idées reçues sur comment atténuer les effets de l’alcool (prendre des médicaments pour le mal de tête, boire du café, etc.), il faut savoir que tout ce qui se passe le lendemain est un effet de la consommation, que ce soit l’hyperglycémie qui entraîne des conséquences sur le corps et plein d’autres choses très intéressantes comme la production d’acétaldéhyde et la déshydratation. Il y a tous les détails si ça vous intéresse dans cette brochure juste ici.

Sinon, pour vrai, un autre avantage à ne pas trop consommer d’alcool dans les périodes de rush, c’est de pouvoir mieux dormir. Vous parlez à une mère, je peux vous assurer que ça replace la notion de qualité de sommeil. Si l’endormissement se passe habituellement mieux avec quelques verres dans le nez, ce n’est pas gage de sommeil réparateur pour autant parce que les autres phases de sommeil sont vraiment moins efficaces.

Somme toute, c’est quand même une mauvaise idée de consommer beaucoup d’alcool en période stressante, pis je ne dis pas ça parce que la session vient tout juste de commencer! Je le dis par rapport à mon expérience (pis de ma vieillesse haha) je comprends que c’est plus trop trop le best!

Pour toutes les infos c’est ici.

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES