Les féministes ne rient jamais

Crédit photo: Eye for Ebony/Unsplash Les féministes ne rient jamais

Depuis la nuit des temps (ben oui, c’est ça mon sujet amené), les gens aiment rire et avoir du plaisir, et surtout, blaguer. Or, il paraîtrait que les temps modernes ont bouleversé cette tradition ancestrale et que désormais, les maudites féministes ne sont plus capables de rire. J’en sais quelque chose, on me le reproche constamment.

Il fut un temps où j’étais mal à l’aise lorsqu’on me racontait une blague de mauvais goût. Et par blague de mauvais goût, j’entends toutes ces piques inoffensives (ou pas) qui renforcent les oppressions et les stéréotypes et qui bien souvent sont sexistes, racistes et capacitistes. Je ne disais pas le fond de ma pensée et me contentait d’un faux rire peu convaincant. Depuis, j’ai réalisé que j’étais incapable de faire semblant de trouver quoique ce soit drôle (désolée pour les enfants avec lesquels je travaille d’ailleurs) et je suis de plus en plus lasse de ces jokes de mononcle. Je n’ai plus envie de les encourager et j’ai de plus en plus envie de les dénoncer. Je dois admettre que parfois, je me contente encore de faire la sourde oreille, par fatigue, par gêne. Mais je ne ris plus. Et je ne rirai plus.

« On peut plus rire de rien! »

« St'une blague reviens-en! »

« T’as tellement pas d’humour! »
 


Crédit : Giphy

J’entends très souvent ces quelques phrases et je ne peux pas m’empêcher de bouillir chaque fois. Je suis vraiment désolée (not) de penser que les droits et la dignité humaine passent avant le droit de rire. Désolée aussi de ne pas être capable de m’amuser de fesser sur quelqu’un qui est déjà à terre. Mais sincèrement, ce qui me fâche le plus, c’est qu’à chaque fois, on agit comme si j’étais la personne à blâmer, comme si c’était vraiment un tort de ne pas trouver amusant de répéter les mêmes idioties clichées et faciles. Je crois qu’il est d’ailleurs nécessaire de le répéter, mais ce n’est jamais QUE des blagues, et même si les intentions de la personne sont bonnes, elles ont des répercussions néfastes. L’humour fait partie de la culture et cette culture façonne et véhicule les valeurs de notre société. Alors, faire une blague oppressante, ce n’est pas bénin. C’est participer activement à la propagation de l’intolérance et des oppressions.

Ensuite, je suis vraiment lasse de me faire reprocher d’être plate parce que je ne ris pas. Voire de me faire dire que je veux défendre tout le monde. Je ne veux pas défendre tout le monde, je considère que les droits humains sont plus importants que tout et qu’ils méritent le respect. Je considère aussi que nous devons respecter les sentiments des autres et que ce n’est pas à nous de décider s’ils ont raison d’être blessé.e.s ou heurté.e.s.

Je trouve ça vraiment lourd d’être considérée comme étant chiante ou la casseuse de party quand ça me semble être pas mal la base de respecter les autres.

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES