Léa Alice : mannequin et femme trans

Crédit photo: Dominique Bouchard, Lea.Alice/Facebook Léa Alice : mannequin et femme trans


L’été dernier, une exceptionnelle femme s’est présentée à son tout premier casting et ça se trouve que j’étais une des juges!  Son stress était perceptible (et comment ne pas être stressée dans une situation pareille?). Malgré ça, j'ai vu en elle une fougue et un grand désir d'apprendre et de se dépasser. Aujourd’hui, elle participe à des séances photos, à des défilés de mode et donne des entrevues avec tellement d’aisance! Cette femme, c'est Léa Alice, mannequin et femme trans. Par sa présence, elle inspire sa communauté et fait avancer les droits des personnes trans.

Dès l’âge de quatre ans, Léa savait qu’elle était une fille. Désirant être cheerleader, elle jouait plutôt au football, afin de se conformer aux rôles attendus d'un « garçon ». On s'est d'ailleurs peut-être croisées pendant un match, car j’ai été cheerleader pour une équipe contre qui elle jouait, lol. Malgré ses « efforts », rien n’y faisait. 'Faut se rappeler qu’à cette époque, avant les Google, blogues et forums, peu d’informations circulaient sur les personnes trans. Confuse et mal orientée, Léa était toutefois certaine que son sentiment de vide n’était pas qu’une question d’orientation sexuelle, mais bien d’identité de genre.

Léa a commencé sa transition il y a environ deux ans. Qu’est-ce que cela implique? Elle a adopté un look vestimentaire plus féminin (brassières paddées comprises!), mais a aussi vu son corps et son visage changer grâce à la prise d’hormones, pour des formes et des traits plus fins. Léa a aussi changé officiellement de prénom et a obtenu un nouveau certificat de naissance. Elle vit sa vie, elle se libère : « C’est comme quand tu prends une marmite et que tu y mets de l’eau à chauffer au minimum. C’est inévitable, l’eau va sauter à un moment donné. Je me suis retenue d’être qui je suis pour être acceptée socialement. »

Devenir modèle et mannequin, c’est arrivé comment? La photo l’a aidée à sortir d’une grande dépression et à reprendre confiance en elle à la suite de deux événements traumatisants : un viol et une agression physique par cinq hommes. Harcelées, marginalisées, rejetées, la violence physique et verbale font tristement partie du quotidien de beaucoup de personnes de la communauté trans. Les statistiques sont alarmantes : 70 % des personnes trans ont déjà pensé au suicide et 33 % y ont déjà eu recours. Malgré les commentaires et comportements transphobes à son égard (et certains dont j’ai été moi-même témoin), Léa a décidé d'aller de l'avant et de surmonter son passé.

À travers la photographie, elle a appris à accepter sa féminité : « ce qui me motive, c’est de continuer à inspirer les gens de la communauté trans, à montrer qu’on peut dégager une image forte sans être fétichisée comme un objet sexuel, comme c’est le cas dans le milieu de la porno ». Ses photos de style boudoir prennent une tournure politique bien assumée. Elle cherche à casser les barrières sociales et démontrer qu’une femme trans peut aussi être belle!

Je suis également mannequin, quoique je ne corresponds pas aux standards de l'industrie! Mais j'essaie de faire progresser ma passion pour la mode. Parfois, on me dit que je suis inspirante (wink wink), mais celle qui m’inspire, c’est Léa Alice. Au risque de se faire juger, elle s’est présentée à son premier casting, là ou je l’ai rencontrée. Elle a foncé et continue de le faire tous les jours pour vivre de nouvelles expériences, pour se dépasser et pour voir jusqu’où elle peut aller. Merci Léa!

Crédit : lea.alice/Instagram

 

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES